OM prend les mêmes et OM recommence

Publié le par Bastien


Pfff... Deuxième journée de Ligue des Champions, et deuxième défaite pour l'OM. Et nouvelle déception. L'OM s'est incliné 0-3 face au grand Real de Madrid. Logique, pourrait-on penser. D'ailleurs, les fans du Real ne se faisaient pas trop de soucis avant ce match : victoire facile "fingers in the nose" attendue. Car si en France on en faisait tout un flanc, le Real abordait cette rencontre comme une simple étape vers la finale de la Ligue des Champions qui se déroulera cette année dans leur antre de Santiago Bernabéu.


Comme la semaine dernière face au Milan, les Marseillais auront des regrets après cette nouvelle défaite...


Pourtant, ce fut tout sauf une formalité pour le club le plus titré de la compétition, qui devra montré un tout autre football pour espérer aller loin dans le tournoi. Le score est flatteur pour la Maison Blanche, et terriblement cruel pour les Marseillais qui auront fait jeu égal avec les Madrilènes pendant toute la première période.

 

Tout s'est donc joué dans le second acte, en l'espace de quelques minutes. Sur un long ballon a priori anodin, Diawara laisse filer Ronaldo, Mandanda hésite à sortir et se fait punir par un ballon à ras de terre alors qu'il avait anticipé le lob. Le début de la fin pour les Marseillais. Le coup de grâce intervient pratiquement sur la remise en jeu. Ronaldo, encore lui, déborde et s'infiltre dans la surface, avant que Diawara, encore lui, n'intervienne. Un tacle rugueux et limite, Ronaldo en rajoute un peu et l'arbitre donne pénalty dans la confusion. Au passage, Diawara, qui venait de recevoir un carton jaune, récolte un deuxième avertissement. Kaka transforme, fin des espoirs marseillais. Le troisième but de Ronaldo est anecdotique, même s'il permet au Real de rester sur sa moyenne de trois buts par match. Après le match, Deschamps déclare que Ronaldo est protégé par les arbitres et Pellegrini dit que la Dèche mériterait une bonne claque dans la gueule. Nan, j'déconne...

 

Le tournant du match : Cristiano Ronaldo dérape et part bien malgré lui en tête-à-queue

On dira donc qu'il n'aura pas manqué grand chose à cet OM séduisant pour venir à bout d'un Real assez décevant. Il aura en fait manqué l'expérience des grands rendez-vous : faute de concentration sur le premier but, excès d'engagement sur le deuxième, des petites erreurs qui se payent cash au plus haut niveau...

 

Pourtant, les motifs de satisfaction sont là, et il faut bien se dire l'OM a tenu tête à l'une des meilleures équipes au monde (certes pas au top de sa forme), et avec la manière. Mais ce sont les points qui comptent, et l'OM en manque cruellement. Les Phocéens se retrouvent lanterne rouge de leur poule dominée par leur adversaires du soir. Toutefois, la course à la qualification est totalement relancée après la victoire surprise du FC Zurich là où l'OM avait buté, face à un AC Milan qui n'est décidément plus que l'ombre de lui-même. Il faudra donc profiter de ce faux-pas et faire carton plein sur les quatre derniers matchs. Ce qui passe par une victoire à la maison face aux Suisses dès le prochain match. Chose qui devrait être à la portée des Phocéens, à condition d'être capable de reproduire la performance de ce soir et pas celle de Valenciennes...

 

 

 

Les joueurs et les notes :

 
Mandanda (7) : Hésitant sur le premier but, impuissant sur les deux suivants. Ses deux parades sur des frappes flottantes de Ronaldo et une sortie importantissime face à Benzema dans le temps additionnel de la première période n'auront donc pas servi à grand chose à part entretenir l'espoir.

Bonnart (5) : A plutôt bien contenu Ronaldo dans un premier temps, avant de céder.

Diawara (4) : Victime de son excès d'engagement, il a passé un sale premier quart-d'heure de deuxième mi-temps, presque pire qu'une nuit en garde-à-vue... Une soirée cauchemar à oublier au plus vite.

Heinze (6) : Il a montré à son ancienne équipe qu'il a encore le niveau Ligue des Champions en défendant comme un mort de faim.

Taiwo (5) : Timide en début de match, il s'est petit à petit imposé sur son flanc gauche, se permettant même de chambrer les supporters madrilènes. Par contre, on ne l'a quasiment jamais vu aux avant-postes, au contraire de son adversaire d'un soir Sergio Ramos.

M'bia (9) : J'avais beaucoup de doutes sur sa capacité à jouer au plus haut niveau, j'ai pris une grosse claque. Un match plein, des ballons récupérés et utilisés avec une grande justesse, des fautes provoquées... Le meilleur marseillais avec Niang.

Abriel (6) : Il à tout fait à l'envers. Certainement impressionné par le contexte, l'ancien Lorientais fut très discret dans la meilleure période de son équipe (la première). Il s'est bien repris en deuxième et est souvent revenu défendre dans sa moitié de terrain.

Cheyrou (5) : En-dessous de son rendement habituel, il n'a pas toujours fait les bons choix. Fait rare à souligner : il a loupé une frappe du droit, qui est pourtant son plus mauvais pied...

Lucho (4) : On attend beaucoup plus du joueur le plus cher de l'histoire de l'OM, qui n'apporte pas grand chose de plus qu'un Ben Arfa qui est pourtant lui abonné au banc de touche.

Niang (9) : Intenable, il dans tous les bons coups, il aurait mérité d'être récompensé par un but. Casillas en a décidé autrement.

Morientes (6) : titulaire face à ses anciens partenaires, il a apporté un vrai plus à l'attaque olympienne en conservant puis en ressortant proprement les ballons. Sa technique compense son déficit d'engagement par rapport à un Brandao. Trop juste pour tenir 90 minutes de Ligue des Champions, c'est d'ailleurs ce dernier qui l'a remplacé.

 

Casillas (8) : Sans deux grosses parades devant Niang en première mi-temps, le match aurait pu tourner en faveur des visiteurs. La force des grands gardiens...

Sergio Ramos (5) : Très offensif comme à son habitude, il a en revanche beaucoup souffert face à Niang. Du coup, il l'a joué façon vieux briscard, un coup de coude par-ci, une obstruction par-là...

Raul Albiol (5) : un match plutôt tranquille.

Pepe (6) : peu sollicité, le danger venant presque à chaque fois du côté droit, celui de Niang, c'est lui qui provoque l'ouverture du score en balançant un long ballon que Ronaldo converti pour le premier but.

Marcelo (5) : passablement énervé en première mi-temps au poste d'arrière gauche, son replacement un cran plus haut suite à la sortie de Ronaldo lui a permis de montrer son talent.

Xabi Alonso (9) : LE métronome et dépositaire du jeu du Real. Un recrutement au moins aussi important que celui des galactiques Ronaldo, Kaka ou Benzema. Un jeu de passe exceptionnel, des ouvertures au millimètre, un régal. Quand on pense que l'équipe d'Espagne peut se permettre de se passer de ses services...

Gago (1) : transparent, à des années lumières de son niveau de l'année dernière. Lassana Diarra ne devrait pas avoir trop de mal à récupérer sa place...

Guti (5) : promu capitaine en l'absence de Raul au coup d'envoi, il a été l'auteur d'une prestation plutôt correcte. Rien que pour faire parler Lizarazu, dont l'aigreur dans les commentaires à l'égard de son « pote » devait être perceptible jusqu'au bord de la pelouse. Faudrait demander à David Astorga si ses oreilles n'ont pas trop sifflé...

Kaka (6) : pas vraiment dans le bon tempo, il a eu du mal à se situer sur le terrain. Il n'a toutefois pas tremblé lorsqu'il s'est présenté face à Mandanda qu'il prend à contre-pied sur le pénalty.

Cristiano Ronaldo (7) : la star n'était pas dans un grand soir. Mais la star a quand même marqué deux buts et incité l'arbitre à donner le troisième sur pénalty en restant chouiner par terre...

Benzema (7) : un des principaux artisans du succès madrilènes. Même s'il n'a pas marqué, il offre le dernier but sur un plateau à Ronaldo après avoir initié une superbe action collective. On attend de voir la même chose en équipe de France...


Heureux événement : Ronaldo, en position phoetale, se prépare à accoucher d'un second ballon d'or. Il faut souffrir pour y arriver... (crédits photos : Daylife)

 

 

 

Commenter cet article

Bastien 07/10/2009 17:51


A mon avis, Marseille devra faire carton plein sur la prochaine double-confrontation face à Zurich, et espérer que le Real en face de même face à Milan. Après, tout se jouera certainement à San
Siro pour la dernière journée... Mais attention quand même à Zurich qui a réussi à battre un petit Milan, là où Marseille a échoué...


@lexis 07/10/2009 17:00


Qqu'un a-t-il vu jouer Zurich ? L'OM va-t-il gagner ces deux matchs là ?

A-t-on la moindre chance de gagner un des deux autres matchs contre Milan et le Real ?

Lucho Gonzalez va-t-il hisser son niveau de jeu à la hauteur de son potentiel ?

Ben Arfa va-t-il découvrir que d'autres joueurs jouent dans son équipe, avec lui ?


L'OM ne cesse de nous faire se poser tant de questions !


davido 06/10/2009 01:45


J'ajoute également T(s). Et je ne me trouve pas en absolu désaccord avec tout ce que tu racontes. C'est le principe de notation qui est impossible à parfaire.
Mais justement, c'est ce qui est intéressant chez les gens qui viennent ici te lire.
Ils viennent pas chercher le jugement ultime et incontestable mais l'avis de Transversale(s). C'est plus intéressant que les notations des journalistes de la presse spé, pleins de certitudes.
Sur ce... dans 4h30 pour moi... arggh!


davido 06/10/2009 01:41


Il serait intéressant que chacun revoit le match de Lucho, rien que lui. Peu de gens lui mettraient au dessus de 3.
Toujours en retard, à droite quand ça joue à gauche, à gauche quand ça joue à droite, le temps de se tourner le ballon qui a changé de côté, incapable de faire les deux ou trois mètres pour serrer
le marquage, une bonne vision du jeu gâchée par un jeu de passe tout mou... On verra plus tard pour lui mais va falloir qu'il aille au footing !!!


davido 06/10/2009 01:37


Oula ! Je n'ai pas de système de notation puisque je ne suis pas pour.
Je suis d'accord avec ce que tu dis mais je ne me sens pas concerné.