Allemagne - France : des promesses et des doutes

Publié le par Bastien

 

 

Les supporters français avaient annoncé la couleur dès le début du match : mercredi soir à Brême, c'était french kiss pour tout le monde. Forcément, Olivier Giroud et Mathieu Debuchy ne se sont pas privés. A l'issue d'un joli mouvement initié par Rami et Valbuena, le lillois emprunte l'autoroute qui se dessine entre les jambes d'Hummels, le montpellierain trouve la sortie entre celles de Wiese.

 

1.jpgAfin de ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes, le bas de cette photo a été coupé au montage

 

 

Maximum de réussite pour des Bleus qui se sont fait bouger par une belle équipe allemande en première période, mais qui ont su laisser passer l'orage pour regagner les vestiaires avec un but d'avance, grâce notamment à un grand Lloris, comme souvent, et à une charnière centrale impériale dans les air et affichant de réels automatismes, malgré un marquage plutôt élastique sur Klöse.

 

La deuxième mi-temps sera mieux maîtrisée, la bande à Blanc n'étant que rarement mis en danger par les attaques allemandes. Un nouveau but signé Malouda permet même aux Bleus de faire le break suite à une action copie-conforme du premier but : débordement de Debuchy, centre à destination de Giroud (avec une conclusion différente).

 

Le score aurait pu être plus lourd si Laurent Blanc avait pu s'appuyer sur un joueur de la classe de Mesut Ozil. Un joueur capable d'éliminer en un-contre-un, mais aussi et surtout de faire la bonne passe au bon moment, ce qui a cruellement fait défaut aux tricoteurs tricolores (Nasri, Ribéry, Ménez). Au lieu de ça, les Bleus se sont mis en difficulté tous seuls en encaissant un but évitable dans les arrêts de jeu qui vient ternir une belle prestation d'ensemble.

 

 4.jpgSi t'es fier d'avoir de la colle sur les pieds tapes dans tes mains...

 

 

Le bilan de cette rencontre est donc mitigé. Certes, le sélectionneur sait qu'il peut s'appuyer sur certaines valeurs sûres. La défense a bien tenu le coup face à une équipe au potentiel offensif indéniable. Debuchy s'est fondu dans le moule a certainement composté son billet pour l'Euro, tandis que de l'autre côté du terrain, Giroud a démontré qu'il est une alternative plus que crédible à Karim Benzema à la pointe de l'attaque, offrant des possibilités tactiques jusque là inexploitées.

 

Le problème, c'est qu'entre la défense et l'attaque, l'entrejeu est un vaste chantier. Hormis Yohann Cabaye, aucun joueur n'a prouvé qu'il était indispensable à cette équipe. Yann M'vila a perdu un nombre inhabituel de ballons. Mais c'est surtout l'animation offensive qui inquiète. En une mi-temps, Ribéry n'a absolument rien montré qui puisse faire de lui un cadre de cette équipe et qui justifie ses caprices de ne vouloir jouer qu'à gauche. Samir Nasri n'a jamais su faire le bon choix pendant 90 minutes, tandis que Mathieu Valbuena ressemble davantage à un titulaire par défaut qu'à un maillon essentiel de cette équipe (malgré une partie plutôt intéressante).

 

La rentrée de Florent Malouda dans un rôle de piston, qu'il avait déjà occupé face au Costa Rica en préparation de la Coupe du Monde 2010, a permis de rééquilibrer l'équipe et de faire le lien entre l'attaque et la défense. Jérémy Menez a quand a lui apporté un peu de percussion, tout en affichant les mêmes lacunes que ses compères d'attaque.

 

 3.jpgPour Jérémy Ménez, coupable de ne pas avoir lâché son ballon assez tôt, la sanction est tombée :

ce sera la chaise électrique.

 

 

Toujours est-il que l'équipe de France confirme ses bonnes dispositions face aux grandes nations du foot, après les victoires face à l'Angleterre et le Brésil. Si la manière n'est pas toujours au rendez-vous, force est de constater que les résultats sont là, et c'est précisément là-dessus que les Bleus seront jugés dans un peu plus de trois mois.

 

 

 

Les faits du match :

 

- Le fantôme de Zizou plane toujours sur les Bleus. En l'espace de quelques minutes, celui-ci s'est emparé du corps d'Alou Diarra, totalement impuissant, avec au menu, roulette et crochets bien saignants. Que ses proches se rassurent, ça va beaucoup mieux maintenant.

 

- Après le french kiss entre Giroud et Debuchy, Franck Ribéry a eu droit au massage sensuel de Cédric Carrasso pour lui remonter le moral suite à sa sortie prématurée. Ça doit le changer de Zahia.

 

- La spéciale dédicace de Christian Jeanpierre : « Attention avec Cacau, ce joueur brésilien ». Euh, c'est pas Allemagne-France là ?

 

- Nouveau record pour Jérémy Menez au chalenge Valbuena : 58 roulades en 45 minutes, soit plus d'une roulade par minute. Petit Vélo n'a pas dit son dernier mot.

 

- En plus de jouer avec les couleurs de l'Allemagne, l'équipe de France avait ramené son stock de panneaux publicitaires dans ses bagages. Brico Dépôt, Loxam et Vial menuiserie débarquent en force outre-Rhin : le marché allemand n'a qu'à bien se tenir.

 

 2.jpgC'est moche de se moquer de la vision du jeu de Samir Nasri...

 

 

Commenter cet article

Bastien 01/03/2012 19:18

Merci ! Par contre "le nouveau Pierre Ménes", je sais pas trop comment je dois le prendre...^^

Sinon même sans le pseudo j'avais reconnu le supporter parisien qui sommeille en toi : Ménez > Valbuena, Ribéry (t'aurais pu rajouter Nasri, c'est un ancien marseillais aussi)^^

damdou le parigo 01/03/2012 19:07

le nouveau pierre ménès est dans la place...^^ joli papier et belle vision de ce match sauf que que menez a quand menez bien animé le secteur offensif je trouve meme mieu qu'avec le PSG et bcp mieu
que ribéry valbuena and Co... see ya mate...!!! continu comme ça... ;)