Bordeaux - Marseille, l'analyse

Publié le par PYZ Bastien

  Chamakh---Diawara.jpg


Une fois n'est pas coutume, on s'est fermement emmerdé dans ce que l'on annonçait comme THE choc de l'année en Ligue 1. Plus les affiches passent, et plus on se dit que le 5-5 mémorable entre Lyon et Marseille fait figure d'OVNI. Dommage, car nous,les matchs nuls, on les préfère avec dix buts plutôt que deux. Mais ce n'était manifestement pas l'avis de Deschamps, qui avait décidé de pourrir le match à lui tout seul en donnant à son équipe comme consigne de ne jamais franchir la ligne médiane balle au pied. L'OM, malgré un retard de onze points au classement et un besoin impératif de victoire, était donc venu pour défendre, et c'est bien ça le drame dans cette histoire.

 

Comme je vous l'ai dit, on s'est donc vraiment fait chier en première mi-temps, la faute à des Marseillais qui jouaient à onze dans leur moitié de terrain (pour ne pas dire à onze dans leur propre surface de réparation). Jusqu'à la dernière minute de la première période, où ce qui devait arriver arriva : un but des locaux qui vient récompenser la seule équipe qui a essayé d'en marquer jusque là. La Dèche peut toujours râler, on a envie de lui dire : t'avais qu'à faire jouer ton équipe plus tôt au lieu de venir chouiner sur l'arbitrage, boubourse.

 

Bizarrement, les Marseillais semblent revenir des vestiaires avec d'autres intentions. L'attente passive dans leur moitié de terrain se transforme en un pressing à quatre qui se révèle efficace puisque c'est lui qui provoque l'expulsion de Planus suite à une récupération haute de Niang. Expulsion qui elle-même amène l'égalisation, puisqu'on peut penser que sans elle l'OM ne serait jamais revenu au score, tant les Bordelais semblaient supérieurs à onze contre onze. 1-1 score final, on ferme la boutique, au lit tout le monde.

 

Que retirer de ce match au final ? Que Bordeaux peut rester bien au chaud dans son fauteuil de leader jusqu'à la fin de la saison si tous les adversaires qui se pointent à Chaban-Delmas n'ont pas plus d'ambition que l'OM d'hier soir. Pour ce qui est de cet OM là, on peut dire sans se mouiller qu'il a pratiquement abandonné le titre de son plein gré. Mais bon, comme dirait Puel, une qualification directe pour la Ligue des Champions c'est bien aussi...

 
 

Blanc-Deschamps.jpg

                                                               Roh, allez Dédé, fais pas la gueule !


Les « faits de jeu »

 

45' : rush solitaire de Ciani qui centre dans une position improbable d'ailier droit. Ballon plutôt facile pour Mandanda, que neuf attaquants sur dix auraient regardé s'emparer tranquillement du ballon. Mais Chamakh n'est pas un attaquant comme les autres et va au charbon. Il hisse sa tête au niveau des bras de Mandanda qui laisse échapper la balle : c'est un csc. La Dèche crie au scandale ; moi je dis, pourquoi pas. Certes, Chamakh ne touche jamais le ballon. Mais il le joue, c'est indiscutable. C'est donc plus une faute de main de Mandanda qu'une véritable faute de Chamakh. Et c'est un gardien de but qui vous le dit... Et puis comme on dit, en Angleterre, ça ne se siffle pas. Chamakh a donc un grand avenir en Angleterre...

 

60' : Chalmé décide de relancer le suspens avec une passe suicidaire dans l'axe. A sa décharge, il semblerait quand même que Niang soit caché derrière Planus pile poil sur la même ligne au moment du crime (je ne l'ai pas vu non-plus donc c'est qu'il était bien caché). Planus, en bon capitaine dévoué qu'il est, se sacrifie pour le collectif et commet un attentat stratégique sur Niang qui filait au but. Oui, il filait au but, n'en déplaise à Christophe Dugarry qui crie à la compensation de Duhamel pour se rattraper du premier but litigieux. L'attitude de Planus parle d'elle-même : s'il savait qu'il n'était pas dernier défenseur, il ne se serait pas jeté comme le premier Jemmali venu, surtout qu'à trois kilomètres du ballon qu'il est, il sait pertinemment qu'il ne peut jouer que les chevilles du Sénégalais. D'ailleurs, il a parfaitement conscience de son erreur puisqu'il ne conteste absolument pas la décision de l'arbitre (comme Mandanda quelques minutes plus tôt du reste). Le coup franc ne donne rien, mais l'infériorité numérique sera fatale aux Girondins. En attendant, l'oreille de Chalmé siffle toujours : « Jamais dans l'axe Mathieu, jamais dans l'axe ! »...

 

80' : L'égalisation marseillaise pendait au nez des Girondins depuis plusieurs minutes déjà. Coup franc dans la boîte, tête de Valbuena (oui oui, vous avez bien lu), tête de Brandao (moins original), et pour couronner le tout, acrobatie d'un Cheyrou qui peut s'estimer heureux d'être encore sur le terrain pour pousser le ballon au fond, lui qui aura passé son temps à foutre des taquets aux attaquants bordelais.

 

 

Les matchs dans le match

 
Ciani-Planus vs. Diawara-Hilton
Ce Bordeaux – OM, c'est avant tout une confrontation de deux blocs défensifs et leur charnière centrale au mode de fonctionnement identique. : une première lame qui prend à peu près tout sur son passage (Ciani – Diawara) et une roue de secours (Planus – Hilton), au cas où. La roue Hilton n'aura pas servi à grand chose. En revanche, la roue Planus a été mise à contribution grâce (ou à cause) de Chalmé. Mais on se souvient aussi que sur l'ouverture du score girondine, personne ne s'occupe de Chamakh pour l'empêcher d'aller titiller Mandanda...

Verdict : match nul, une couille partout

 

Gourcuff vs. Lucho

Les deux hommes-clé de deux systèmes de jeu sensiblement similaires, censés faire le lien entre l'attaque et la défense, n'ont jamais existé.

En ce moment, Gourcuff n'a plus rien d'un joueur extraordinaire. Il est juste devenu un bon joueur qui tente des choses extraordinaires qui ne fonctionnent pas parce que tous ses partenaires ne vivent pas dans la même bulle technique que lui. Peut-être qu'en le mettant dans la même équipe que Ben Arfa ils arriveraient à se comprendre... En plus de ça, son côté maniaque devient devient de plus en plus insupportable. Ses coups de pieds arrêtés notamment, à la Cristiano Ronaldo : d'abord la jambe gauche. Ensuite la jambe droite. Puis, une grande respiration, petits pas petits pas petits pas, et vlan. Sauf que Cristiano Ronaldo ne rate pas deux coups-francs d'affilée, lui. Et pour comparer ce qui est comparable, on notera que Valbuena a été bien plus efficace dans cet exercice pour les Marseillais. Plasil a pris la soufflante de Blanc, Gouffran (remplacé à la mi-temps par Fernando pour ceux qui ne s'en seraient pas aperçu) a fait les frais de sa colère. Mais la plus grosse part de responsabilité dans l'absence d'animation offensive à Bordeaux, elle est peut-être sur les épaules de Gourcuff. Reviens vite Yohann, l'équipe de France a besoin de toi.

Et Lucho... le néant total. C'est sûr, c'est plus facile de ne rien rater quand on ne tente rien...

Verdict : match nul (vraiment nul pour le coup)

 

Chamakh vs. Brandao

En dehors de son but, Chamakh a été quasiment introuvable dans le jeu pendant toute la rencontre, même si son engagement est quand même récompensé sur le but. Il faut dire que son « pote » Diawara ne lui a pas fait de cadeaux.

Brandao quant à lui, est encore décisif. Comme pour Chamakh, il n'a pas marqué, et c'est toujours ce qu'on lui repproche. Mais il offre l'égalisation à Cheyrou sur un plateau. Et dans sa confrontation à distance avec le Marocain, il a été plus intelligent en venant chercher le ballon plus bas, ce qui a donné plusieurs fois l'occasion de l'apercevoir dans des positions assez improbables d'ailier et de débordement.

Verdict : match nul, un but provoqué partout

 

Je viens donc de vous prouver par A+B+C que ce Bordeaux-Marseille ne pouvait se terminer autrement que sur un match nul.



Commenter cet article

Bastien 19/01/2010 17:33


C'est clair que si l'action de Chamakh avant-hier n'est pas sifflée, le but de Wiltord était 100x valable...
Même s'il n'aurait rien changé au résultat final, puisque l'année dernière l'OM s'était tout de même imposé 1-0 sur un but csc de... Chamakh.

@ Alexis : merci bien, j'en suis tout émoustillé :)


@lexis 19/01/2010 15:49


Il y en a un en tous cas qui est tout sauf nul ici, c'est toi Bastien !!!

Le concours du meilleur Blog de football 2010 a livré son verdict.

131 lecteurs ont voté ...

et ton site Transversale[s] termine 2ème.
Félicitations....

Et le classement complet sur
www.blogal.over-blog.com/

A plus et encore bravo !!!
@lx


parier en ligne 19/01/2010 15:05


Allez un petit retour en arrière, OM Bordeaux l'année derniere... http://www.youtube.com/watch?v=HOqZhoJTu5Y