Cap sur le Cap : suivez le guide

Publié le par PYZ Bastien

 
L'histoire est écrite : 2010 sera l'année de l'Afrique du Sud ou ne sera pas. Le compte à rebours a déjà commencé : dans moins de trois mois, la pointe du continent africain deviendra le centre du monde, l'espace de quelques semaines. Et à J-100 de la Coupe du Monde, un petit état des lieux s'impose. Aujourd'hui, je vous propose donc de vous envoler pour l'Afrique du Sud afin de faire un point sur l'organisation de l'événement, et notamment la ville du Cap, dont le tout nouveau stade de Green Point sera l'un des quartiers généraux de l'équipe de France.

 

 

En France, on aime bien se plaindre. Tout le temps. Les entraîneurs français ne dérogent pas à la règle. Et s'il est un sujet qui fâche, c'est bien le calendrier. Parce que qu'entre le championnat, les coupes nationales et européennes, et les joueurs appelés en sélection, ça fait beaucoup de matchs à caser, et donc autant de raisons pour les entraîneurs de râler et de rappeler qu'un joueur de foot professionnel n'est pas taillé pour jouer tous les trois jours. Mouais.

 

Ces jours-ci, on a ainsi beaucoup entendu les Girondins de Bordeaux pleurer sur le calendrier, habituel domaine de prédilection d'Arsène Wenger. La bande à Lolo Blanc a effectivement des matchs en retard à disputer (Auxerre, Le Mans), mais aucune date ne lui convient (à ce propos je vous renvoie vers l'article de coupfranc.fr sur la question).

 


Des problèmes de calendrier ? Quels problèmes de calendrier ?

 

En Afrique du Sud, loin des petits tracas du quotidien, le calendrier n'est pas un problème. Et il ne l'est pas plus lorsque le pays doit accueillir le plus grand événement sportif de la planète après les Jeux Olympiques : la Coupe du Monde de football. Pour cette première sur le sol africain, les instances du football mondial ont voulu frapper un grand coup en attribuant l'organisation à un pays africain, pour la première fois depuis la création de la reine des compétitions de football (pour rappel, la première édition, remportée par l'Uruguay à domicile, a eu lieu en 1930). La décision d'amener le trophée, qui a évité de manière systématique le continent africain (le seul qui n'a pas encore accueilli la compétition, avec l'Océanie si on la considère comme un continent à part entière), a été voulue comme un symbole fort d'ouverture.

 

Pourtant, il reste un gros point d'interrogation : la sécurité. Les incidents qui ont émaillé la dernière Coupe d'Afrique des Nations en Angola ont soulevé des inquiétudes. Et comme le raccourci entre Angola et Afrique du Sud est vite fait, et l'amalgame toute trouvée, on craint désormais pour la sécurité des joueurs et des spectateurs qui feront le déplacement en juin prochain. Le taux de criminalité du pays, un des plus élevés de la planète, fait peur. Mais on doute aussi de la capacité de l'Afrique du Sud à gérer l'organisation draconienne qu'est celle d'une Coupe du Monde. La dernière Coupe des Confédérations, répétition générale avant la « vraie » compétition, n'a pas suffit à rassurer tout son monde.

 

Malgré cela, en Afrique du Sud, on est loin de s'affoler. Contrairement à la candidature commune Ukraine-Pologne retenue pour organiser l'Euro 2012, qui a pris un retard considérable dans la livraison des infrastructures, on est presque sûrs à 100% au pays de Mandela que tout sera réglé le jour-J. Les stades déjà existants ont subi un petit lifting, pendant que d'autres enceintes flambant-neuves sont sorties de terre en l'espace de quelques mois à peine. Le tout dans un cadre de rêve, comme l'illustre à merveille le nouveau Green Point Stadium du Cap. Totalement rasé puis reconstruit pour l'occasion, le résultat final fait presque photo de carte postale : coincé entre la mer d'un côté et la montagne de l'autre, dominé par un soleil de plomb, ça fait rêver. Il faut tout de même savoir que les choses seront peut-être légèrement différentes en juin prochain, puisque l'Afrique du Sud s'apprête à entrer dans l'hiver austral et la saison des pluies...

 

Old_GreenPoint_stadium.jpgOn a pris : ça...



cape-town-studium.jpg ...et on en a fait : ça ! On a déjà vu pire comme emplacement...

 

 

  Le Cap, péninsule de bonne espérance

 

Toujours est-il que Green Point sera un des hauts lieux de cette Coupe du Monde, d'autant plus pour nous, en bons François que nous sommes. Après le match d'ouverture, qui opposera le 11 juin l'Afrique du Sud, le pays organisateur, au Mexique à Johannesburg, Green Point sera le théâtre de l'entrée en lice de la France dans la compétition. Ce sera également le 11 juin (cochez cette date dans votre calendrier) à 20h30 au Cap face à l'Uruguay. Pas plus tard que le lendemain, toujours au Cap , l'Afrique du Sud recevra l'équipe de France... de rugby. Oui, vous avez bien lu : en plein dans l'euphorie de la Coupe du Monde de football, les Springboks recevront nos XV coqs à peine 24h après l'ouverture du Mondial, mais cette fois-ci au Newlands Stadium). En effet, la ville du Cap a obtenu une dérogation exceptionnelle pour accueillir cette rencontre de prestige entre deux matchs de foot.

 

Et ce n'est pas tout. Deux jours plus tard, retour au football : le Cap remet ça avec un Italie – Paraguay au Green Point. La boucle sera bouclée le 22 juin avec un nouvel AfSud (les Bafanas-bafanas cette-fois) vs. France délocalisé à Bloemfontein. Tout un programme... Et encore, l'équipe de France pourrait retrouver le Cap dès les quarts de finale. Pour cela, il faudrait que les Bleus terminent deuxième de leur groupe et se dépêtrent de leur huitième de finale. Mais bon, si la bande à Domenech préfère terminer première de sa poule, quit à quitter son quartier général du Cap quelques jours, on n'ira pas se plaindre non plus... Dans ce cas, la France retrouverait malgré tout le Cap en demi-finales. Mais on n'en est pas encore là...

Il faut quand même préciser que le nouveau Green Point a été conçu par les architectes qui ont dessiné le Stade de France (à croire que tout a été fait pour que les Bleus s'y sentent comme à la maison...), spécialement pour la Coupe du Monde. Le Newlands restera donc l'antre du rugby au Cap, qui a notamment accueilli le match d'ouverture de la Coupe du Monde 1995 remportée à domicile et contre toutes attentes par l'AfSud face aux All Blacks (remember Invictus). Le stade a également servi de siège à la Fédération sud-africaine de rugby durant de nombreuses années. Aujourd'hui, il est aussi utilisé pour le football. En effet, l'Ajax Cape Town (filière sud-africaine de l'Ajax d'Amsterdam), et les Santos (rien à voir cette fois-ci avec le club brésilien), les deux principaux clubs de foot de la ville, y jouent régulièrement leurs rencontres à domicile (en alternance avec le stade d'Athlone). Mais dès la fin de la Coupe du Monde, ils laisseront le Newlands à la disposition du rugby pour prendre leurs quartiers au nouveau Green Point.

 

Newlands.jpg Le Newlands Stadium, présent dans PES 5 & 6 pour les adeptes, sous le nom de Diamond Stadium

 

Athlone_stadium-March_09.jpg Le « petit » stade d'Athlone et ses faux airs de Vélodrome sud-africain.
Décidément, l'architecture à la française a ses adeptes... 
(on devinne également la zone de Green Point en arrière-plan) 

 


D'ailleurs, c'est à l'occasion d'un derby entre l'Ajax et Santos, le 23 janvier dernier, que le nouveau Green Point a été officiellement inauguré sous le nom original de Cape Town Stadium. 20000 spectateurs privilégiés ont eu la chance d'obtenir leur ticket. Le 6 février, ils étaient 40000 pour un nouveau derby du Cap, en rugby cette fois (l'un ne va pas sans l'autre), entre les Vodacom Stormers et les Boland Cavaliers. Le 11 juin prochain, avec au programme un certain Uruguay – France, on imagine que les 69070 places de l'enceinte auront toutes trouvé preneur. On en salive d'avance...

 

Cape_Town_Stadium_panorama.jpg

Un Ajax-Santos sans Luis Suarez et Robinho, c'est possible. En revanche, ils seront bien présent à la Coupe du Monde. Suarez sera même sur ce terrain le 11 juin face aux Bleus...



Commenter cet article