Chelsea taille patron, Arsenal classe biberon

Publié le par PYZ Bastien

 

On se souvient des propos de Patrice Evra l'année dernière. Après la demi-finale retour de Ligue des Champions entre Arsenal et Man U (1-3), le latéral gauche mancunien avait comparé les Gunners à des gamins. Ses propos en avaient dérangé plus d'un. Pourtant, Patrice avait raison. Et il pourrait redire la même chose cette année qu'il aurait encore raison.

 

Chelsea-Arsenal.jpg

Face à Chelsea, Arsenal s'est fait marcher dessus bien comme il faut

 

 

Disons le tout de suite, Arsenal est plus une équipe de Playstation qu'autre chose. Alors d'accord, c'est sympa de bien jouer au ballon. C'est bien beau de vouloir s'appuyer sur la jeunesse pour bâtir un groupe sur le long terme. Mais face à Manchester United ou Chelsea, ça ne suffit pas. Et ça, les Gunners l'ont à nouveau constaté à leurs dépends.

 

A leur décharge, on les avait sans doute enterré un peu vite au moment où Chelsea caracolait en tête de la Premier League il y a quelques semaines. Contre toute attente, Arsène Wenger et ses ouailles se sont retrouvés là où on ne les attendait plus : au sommet de l'Angleterre, à la lutte avec les Blues et les Red Devils pour le titre. Le tout à la faveur d'une double-confrontation en retard contre Bolton (qui au passage, aura vu le match retour avoir lieu avant le match aller, une des facéties du calendrier britannique...). Deux victoires plus tard, revoilà donc Arsenal sur le toit de la Premier League. Sauf qu'en l'espace de deux Big games. les Gunners sont brutalement retombés de leur nuage.

 

Le premier acte face à un gros, c'était encore face à Man U le weekend dernier. Et ça s'est encore transformé en grosse claque à l'Emirates, sur le même score que la fameuse demi-finale de l'année dernière, 1-3. Au jourd'hui à Stamford Bridge, rebelotte face à Chelsea, défaite logique 0-2. Drogba est encore passé par là avec un nouveau doublé.

 

Ce qui m'a frappé dans ce match, c'est que j'ai pensé exactement comme Evra. Les baby-Gunners se sont fait bouger dans tous les duels, dominés tant physiquement que tactiquement. Mais surtout incapable de se procurer la moindre occasion, butant à chaque fois sur la muraille défensive des Blues de John Terry, véritable modèle d'organisation (et apparemment plus discipliné sur le terrain qu'en dehors, mais ceci est une autre histoire).

 

Alors, quand les Gunners comprendront-ils qu'il y a d'autres manières de marquer des buts qu'en rentrant dans les cages balle au pied ? Quand Arsène Wenger comprendra t-il qu'une équipe de 20 ans de moyenne d'âge manque forcément d'expérience dans les grands rendez-vous ? (ce qui ne veut pas dire non plus qu'il faut faire de la charité en embauchant les anciennes gloires du club comme Sol Campbell)

 

La politique sportive de Wenger a connu son heure de gloire au début des années 2000. Arsène « who ? » s'est fait un nom, et a inscrit celui de son équipe au palmarès de compétitions majeures. Mais aujourd'hui, le modèle à la Wenger semble avoir fait son temps. Le manager préféré de Téléfoot agace de plus en plus outre-Manche, se plaignant de l'arbitrage à longueur de temps, et allant parfois même jusqu'à refuser de serrer la main de son adversaire en cas de défaite. Il serait peut-être temps de passer à autre chose chez les Gunners...

 

 

Chelsea-Arsenal3.jpg

Non, ces enfants ne sont pas à moi, pourquoi ?



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article