Coupe d'Europe : Circulez, il n'y a (plus) rien à voir

Publié le par Bastien PYZ

 

La semaine qui vient de s'écouler a fait très mal au football français. C'est bien simple : après les éliminations successives de Marseille et Lyon en Ligue des Champions, et de Lille et du PSG en Europa League, notre championnat ne compte, à la mi-mars, plus un seul représentant en Coupe d'Europe.

 

Entraîneurs trop frileux et plus occupés à jouer le 0-0 que la qualif' (OL & OM), équipes de coiffeurs alignées en Europa League (PSG & Lille), joueurs trop limités techniquement, supporters pas à la hauteur de l'événement (Parc des Princes investi par les supporters du Benfica), le constat est assez alarmant.

 

Mention spéciale aux quelques abrutis marseillais qui ont réussi à gâcher la minute de silence à la mémoire des victimes du tsunami au Japon, provocant la colère d'Old Trafford. Quand Souleymane Diawara disait que les supporters marseillais sont les plus bruyants, il n'avait pas tort... (sans parler des « oh hisse enculé », « arbitre enculé » ou encore « Evra Evra, on t'encule » qui ont résonné pendant tout le match, certainement en guise de soutien à Brandao).

 

Quelques mois après l'épisode de la mutinerie de Knysna qui a fait de la France la risée du monde entier, le football tricolore a donc une nouvelle fois donné une bien triste image de lui-même.

 

Et si les faits sont accablants, les chiffres le sont tout autant. Il existe un classement que l'on nomme coefficient UEFA, qui prend en compte les performances des clubs de chaque pays engagés dans les différentes compétitions européennes, et qui détermine le nombre de places qualificatives attribuées à chaque championnat. Et à ce petit jeu, la Ligue 1 risque de payer cher son manque d'ambition.

 

A l'aube de cette saison 2010-2011, la France pointait déjà loin derrière les gros championnats européens. Cet écart risque bien de se transformer en gouffre, d'autant plus si l'on considère que chacun des pays qui nous devance comptera au moins un représentant en quarts de finale de Ligue des Champions :

 

     1.  Angleterre : 3 clubs qualifiés en C1 (Manchester United, Chelsea, Tottenham)

     2.  Espagne : 2 clubs qualifiés en C1 (Barça, Real) + 1 club qualifié en C3 (Villareal)

     3.  Italie : 1 club qualifié en C1 (Inter)

     4.  Allemagne : 1 club qualifié en C1 (Schalke)

 

 

Ce qui est plus inquiétant encore, c'est que si l'écart se creuse avec les gros, il est en train de fondre avec les championnats dits « de seconde zone ». Ce qui pourrait, à terme, menacer la 3ème place qualificative pour les barrages de la Ligue des Champions. En effet, la France ne compte plus un seul représentant en Coupe d'Europe, ce qui est loin d'être le cas de nos poursuivants au classement :

 

     6.  Portugal : 3 clubs qualifiés en C3 (FC Porto, Benfica, Braga)     

     7.  Russie : 1 club qualifié en C3 (Spartak Moscou) 

     8.  Ukraine : 1 club qualifié en C1 (Shakhtar Donetsk), 1 club qualifié en C3 (Dinamo Kiev)

     9.  Pays-Bas : 2 clubs qualifiés en C3 (PSV Eindhoven, Twente)

 

 

Si la Ligue des Champions, reine des compétitions de clubs, reste donc la chasse gardée des grands championnats, qui ne laissent que les miettes à leur concurrents, on s'aperçoit que les clubs des plus petits championnats savent tirer leur épingle du jeu en Europa League. Les bons parcours des clubs portugais, hollandais ou encore des pays de l'est, devraient ainsi permettre à ces championnats de grapiller des points au classement UEFA, véritable tremplin vers la Ligue des Champions (il suffit de regarder du côté du Shakhtar Donetsk pour s'en convaincre).

 

Nos représentants ne semble malheureusement pas envisager les choses de cette façon, puisqu'ils préfèrent se servir de l'Europa League pour faire tourner leur effectif, bafouant ainsi l'esprit de la Coupe d'Europe, pendant que leurs adversaires alignent leur équipe type.

 

Il est donc grand temps de s'interroger sur la véritable valeur de notre championnat, aujourd'hui plus proche de la seconde zone que des grands championnats européens, et sur les intentions des clubs engagés. Notamment en Europa League, qui paraît pour l'instant plus à la portée de nos représentants...

 

 

610x-copie-5.jpg

Ô rage... Ô désespoir...

 

 

Commenter cet article

Clubs de Sport Lille 12/06/2011 12:51


Les Français vont devoir prouver leur valeur s'ils veulent pas perdre des places en Coupe d'Europe... en même temps s'ils arrêtaient de brader la Ligue Europe je pense que certains clubs auraient
des titres...