Eh ben voilà !

Publié le par Bastien PYZ


Tout Marseille en rêvait, l'OM l'a fait : la bande a Deschamps a tapé celle a Blanc 3-1 en finale de la Coupe de la Ligue, celle dont personne ne veut mais qui fait quand même bien plaisir quand on la gagne. Car quand on voit l'explosion de joie des joueurs, supporters et dirigeants olympiens au coup de sifflet final, on ne me fera pas croire que cette Coupe de la Ligue qui va rejoindre la vitrine de l'OM – désespérément vide depuis 17 ans – compte pour du beurre. Et Laurent Blanc & co pourront dire le contraire, on ne me fera pas croire non-plus que les Girondins ont mis tous les ingrédients de leur côté pour réaliser un exploit que personne n'a réussi avant eux : remporter deux Coupes de la Ligue d'affilée. On repassera l'année prochaine.

  Remise de la coupeDiscrimination par la taille : quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi le trophée de Koné est plus petit que celui de Mandanda ? Cela dit, Edouard Cissé aussi en a une petite (je parle de la coupe bien sûr)

 

 

Le match a mis du temps a se lancer. Première indication : Bordeaux jouait bien en bleu, et Marseille en blanc. Ouf. C'est à peu près la seule chose qu'on peut retirer d'un round d'observation qui aura duré toute la première période, et où on aura vu plus de tacles par derrière et de cheville torturées que d'occasions de but. Un petit tour par la buvette plus tard, la deuxième mi-temps commence.

 

Mais pour voir des buts, il fallait en fait attendre la 60' et sortie de Mamadou Niang, invisible jusque là (mais pas inaudible pour autant, puisqu'il a quand même réussi la prouesse de faire plus de bruit en gueulant sur chaque décision de l'arbitre, et a capella s'il vous plaît, que l'arbitre lui-même, pourtant équipé d'un micro). Officiellement, Niang aurait ressenti une douleur à la cuisse ; officieusement, on peut presque penser que ça sentait la blessure de circonstance, tant Niang n'a servi a rien dans ce match, surtout seul en pointe (une blessure hypothétique qui, soit dit en passant, ne l'a pas empêché de grimper sur le bureau de Bachelot pour brandir la Coupe). Avec sa sortie et l'entrée de Valbuena, tout est revenu à la normale. Et surtout, Brandao est revenu dans l'axe. Le tournant du match, ce n'est donc pas l'entrée de Valbuena, mais bien la sortie de Niang. Sur blessure peut-être, mais un mal pour un bien en tout cas.

 

610x3.jpg Putain Souley, c'est ENORME !

 

 

A partir de là, des buts, en veux-tu, en voilà. Diawara, lui l'ancien Bordelais, le « traître », ouvre le bal de la tête sur un corner de Lucho, en profitant notamment d'une défense incroyablement passive. Alou Diarra est à la pêche, absent du marquage. Puis spectateur devant Ben Arfa sur le deuxième but, avant que Ciani n'observe à son tour en premières loges la frappe de Valbuena, recalé du centre de formation des Girondins (même en pupilles, il n'atteignait pas la taille minimale réglementaire pour être homologué en match officiel). Mathieu Chalmé n'avait plus qu'à se charger du troisième, malgré un Ramé félin pour ses 38 ans.

 

 Valbuena in the air  JE SUIS LE MAITRE DU MONDE ! I AM THE KING OF SMALLWORLD !
(maintenant t'es gentil Edouard, tu me reposes, j'ai le vertige là)

 

 

C'est donc sur la grinta que les Marseillais ont fait la différence. On l'a senti dès le coup d'envoi : ce sont des Marseillais morts de faim qui ont bouffés tout cru dans l'engagement des Bordelais déjà rassasiés. Forcément, avec un match importantissime dès mardi prochain, la Ligue des Champions a du trotter dans la tête des Girondins, même inconsciemment. Difficile de penser le contraire quand on voit Blanc sortir simultanément Gourcuff et Chamakh à 0-2. De leur côté, les Marseillais, sortis consécutivement de la C1 puis de la C3, n'étaient pas loin de jouer leur saison sur un match, et ça s'est vu. C'est Robert-Louis Dreyfus qui aurait bien voulu voir ça...

 

Toujours est-il que les anti-OM vont devoir se faire une raison : plus question de ressortir la sempiternelle vanne du vide abyssal sur l'étagère des trophées de l'OM depuis 17 ans. Désormais pour chambrer, va falloir innover...

 

 Photo-de-famille.jpgGrâce à cette image d'archive, on se souviendra que Morientesa gagné la Coupe de la Ligue en survêt' 
  (crédits photos : daylife.com)

 

 

 

Commenter cet article