Faut-il interdire la vuvuzela ?

Publié le par Bastien

 



La Coupe du Monde des moins de 17 ans vient de s'achever au Nigéria avec la victoire de la Suisse pour sa première participation à la compétition. En finale, les helvètes se sont imposés 1-0 face à des locaux au palmarès plus éloquent (3 fois champions du monde de la catégorie) devant 60000 Nigérians déchaînés.

Cette Coupe du Monde U-17, organisée par la FIFA, servait de répétition générale avant la première Coupe du Monde des « grands » organisée sur le continent africain, qui aura lieu l'année prochaine en Afrique du Sud. Le bilan du tournoi est plus que positif, tant au niveau du jeu (du très bon football dans un très bon état d'esprit) que de l'environnement, avec un public très enthousiaste. Très enthousiaste, mais aussi très bruyant.

Vous vous souvenez probablement de la dernière Coupe des Confédérations en Afrique du Sud, au cours de laquelle beaucoup de joueurs, spectateurs ou journalistes (et notamment européens) avaient eu du mal à supporter le vacarme ambiant dans les tribunes, provoqué non pas par les chants des supporters, mais par un instrument : la vuvuzela.

 
 

 Bleu, rouge, vert..., il y en a pour tout les goûts



La vuvuzela, pour ceux qui ne seraient pas encore familiers avec l'engin, c'est cet espèce de corne de brume qui s'est répandue dans les années 90 en Afrique du Sud et qui est devenu l'accessoire pratiquement indispensable des supporters des Bafanas-bafanas (football) ou des Springboks (rugby). L'objet produit un son monotone et continu qui vous donne rapidement la migraine lorsque tout un stade de 60000 personnes se met à souffler dans le biniou en même temps.

Le fait est que c'est précisément en AfSud que se déroulera la prochaine Coupe du Monde, et que ce qui aurait pû rester une source de divergences minime est pratiquement devenu une affaire d'état : pour ou contre la vuvuzela ?

D'un côté, les défenseurs de la vuvuzela invoquent le caractère festif, traditionnel et culturel de l'instrument, et ce malgré sa diffusion assez récente. Ses détracteurs dénoncent quant à eux le bruit assourdissant voire même déstabilisant pour certains. Sur le net, les groupes pro et anti-vuvuzela ont fait leur apparition, rassemblant plusieurs centaines voire plusieurs milliers d'adhérents pour certains. Le phénomène a pris des proportions telles que la FIFA a un temps songé à interdire ces instruments des stades de la prochaine Coupe du Monde, avant de se raviser et de se rabattre derrière la théorie du folklore local.

 

 

                                                          Deux vuvuzelas pour deux fois plus de plaisir...

 

En fait, il faut dire que le bourdonnement permanent de cette « trompette de la discorde » est assez insoutenable 90 minutes durant et ferait presque passer de piètres commentateurs (je ne citerais personne) pour des Messi(s) du micro. Ceci n'étant qu'un point de vue de spectateur extérieur, j'imagine que le brouhaha doit être plus agaçant (voire dérangeant) encore pour les acteurs. Dans ce sens, je comprend la plainte de certains joueurs.

Ce que je ne comprend pas, c'est que certains joueurs de la sélection espagnole par exemple se sont plaint de ce phénomène alors que les matchs du championnat espagnol se déroulent la plupart du temps dans une ambiance similaire (les clairons des socios du Barça ou du Real, vous voyez de quoi je parle). Et là, étrangement, personne pour s'emporter contre le bruit...

Fondamentalement, je suis donc pour l'interdiction de toutes les formes de trompettes, quelles qu'elles soient, dans un stade de foot. De toutes façons, ça ne vaut pas un chant repris en coeur par tout un stade... Mais si on veut bien accepter le bruit dans nos stades européens, à ce moment-là, il n'y a aucune raison valable de ne pas en faire de même, sous prétexte que la Coupe du Monde se joue en Afrique du Sud.

Et vous, vous en pensez quoi ?




Commenter cet article