France – Espagne : les compos

Publié le par PYZ Bastien

 

Voilà ce à quoi devrait vraisemblablement ressembler l'équipe de France ce soir face à l'Espagne :

 

Lloris

Sagna – Ciani – Escudé – Evra

Diarra – Toulalan

Ribéry – Gourcuff – Henry

Anelka

 

En défense centrale, on retrouve comme prévu Escudé, ce qui est plutôt logique étant donné qu'il est le seul défenseur central gaucher en l'absence d'Abidal. A ses côtés, on aura visiblement droit à la première titularisation de Ciani, une bonne chose. Rami devra patienter (ou travailler son pied gauche).

 

Dans l'entrejeu, la paire Lassana Diarra – Toulalan est à nouveau reconduite, bien que ces deux là évoluent exactement dans le même registre et ont un peu tendance à se marcher sur les pieds. Avec la première sélection de Cheyrou, on aurait bien aimé voir d'entrée ce que peut donner l'association d'un défensif avec un vrai relayeur. Personnellement, j'aurai tenté le coup en gardant Toulalan (énorme avec Lyon et qui n'a pas besoin d'une autre sangsue dans les pattes pour nettoyer l'entrejeu), et en remplaçant Lassana Diarra (en délicatesse à Madrid) par Cheyrou, pour faire le lien entre la défense et l'attaque. Peut être aura t-on l'occasion de voir ça en fin de match.

 

Au niveau de l'animation offensive, on retrouve Henry à gauche dans un système de jeu taillé sur mesure pour lui. Malgré ses déboires au Barça, captain Titi garde la confiance de Raymond et retrouve son poste le plus crédible. Ce qui veut dire que Ribéry se retrouve déporté de force à droite, lui qui clame sans arrêt que c'est à gauche qu'il se sent le mieux (tiens, ça me rappelle M'Bia).

 

Enfin, la titularisation d'Anelka seul en pointe me laisse un peu sceptique. Comme pour Ribéry, ce n'est pas vraiment son meilleur poste : Anelka excelle en 9 ½, entre les lignes derrière un autre attaquant, où il peut faire parler sa conservation de balle magique. Mais seul en pointe, je demande à voir.

 

 

Du côté de l'Espagne, c'est du très très costaud :

 

Casillas

Ramos – Puyol – Piqué – Arbeloa

Alonso – Busquets

Silva – Xavi – Iniesta

Villa

 

On remarque que les deux formations joueront dans une tactique similaire, une sorte de 4-5-1 modulable en 4-3-3, mais pas toujours synonyme de buts à foison pour autant.

 

Mais ce qui saute aux yeux quand on voit cette équipe, c'est que tous les joueurs alignés d'entrée jouent en Liga, le championnat espagnol. Mieux (ou pire, c'est selon), seulement trois clubs sont représentés dans le onze de départ : Valence (Villa et Silva), le Real Madrid (Casillas, Ramos, Arbeloa et Xabi Alonso), et le Barça (Puyol, Piqué, Busquets, Xavi, Iniesta).

 

Del Bosque fait donc le pari des automatismes, et se permet de laisser sur le banc des mecs comme Torres (reprise), mais surtout Fabregas, qui casse tout avec Arsenal en ce moment. Même si le moins que l'on puisse dire, c'est que pour l'instant, les résultats donnent raison au sélectionneur espagnol. La stratégie a été gagnante avec Aragones à l'Euro 2008, et a encore fait ses preuves lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2010.

 

Pour comparaison, si on regarde du côté de l'équipe de France, on ne compte que 4 joueurs de Ligue 1 : Ciani et Gourcuff (Bordeaux), Lloris et Toulalan (Bordeaux). En revanche, si on rajoute Thierry Henry (Barça), Lassana Diarra (Real), ainsi qu'Escudé (Séville), on se dit que le Stade de France aura des petits airs de Camp Nou ou de Santiago Bernabeu ce soir...

 

(à noter que ce soir, Adidas pourrait nous refaire le coup de 2008 : l'échange de maillot avant le match. On se souvient que les Bleus avaient étrenné face à la Roja un maillot tout rouge, pendant que les futurs champions d'Europe paradaient tout d'or vêtus. Et je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ce soir, la France jouera en blanc et l'Espagne avec son nouveau maillot bleu...)


2008-02-06T221912Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRSP-FOOTBALL-FRANCE.jpg

Le 6 février 2008 à Malaga, on était tous un peu daltonniens...

Commenter cet article

Bastien 03/03/2010 18:09


Intuition confirmée : la France jouera en blanc, l'Espagne en bleu !
Marketing, quand tu nous tiens...