L'OL peut-il le faire ?

Publié le par PYZ Bastien

Ce soir, c'est le grand soir : l'OL affronte le Real Madrid en 8ème de finale de la Ligue des Champions. Et la question qu'on se pose tous, c'est : l'OL peut-il venir à bout de l'équipe la plus chère au monde ?

 

Pour être honnête, on voit mal comment Lyon pourrait résister à l'armada espagnole, tant le contraste entre les saisons respectives des deux clubs et l'écart de niveau sur le papier sont saisissants. Surtout qu'on se souvient tous du 5-2 encaissé par l'OL sur le terrain de l'autre géant d'Espagne, le Barça, l'année dernière au même stade de la compétition.

 

On en oublierai presque qu'en quatre confrontations européennes depuis 2005, les Lyonnais ont pris l'habitude de gagner à Gerland et d'obtenir le nul à Santiago Bernabeu à chaque fois. Une combinaison gagnante qui ferait amplement le bonheur des Gones cette saison. C'était l'époque des Malouda, Abidal, Mahamadou Diarra, Essien, Juninho, Tiago, Carew... 

 

11668.jpg Séquence nostalgie : John Carew, le Brandao de l'OL, le géant venu du froid qui, mine de rien,
plantait quand même quelques buts... Au moins autant que Gomis...

(exclu : avant d'arracher 15m2 de pelouse, il semblerait que Cannavaro ait presque touché le ballon)

 

Sauf que depuis, les choses ont bien changé. Après une phase d'expérimentation du plus haut niveau continental, Lyon n'a jamais franchi le palier qui le sépare des plus grands. L'entraîneur a changé, les joueurs ont changé. Govou et Cris sont les seuls rescapés de la belle époque Lyonnaise. Juninho, qui évoque aujourd'hui l'OL avec nostalgie, est parti s'enterrer / renflouer son compte en banque / se dorer la pilule finir sa carrière au Qatar, emportant avec lui l'âme et le ciment qui a fait que quoiqu'on en dise, l'OL a fait rêver la France en Ligue des Champions, qu'on soit supporter de n'importe quel autre club en France.

 

Mais ce soir, Lyon a l'occasion de se racheter auprès de son public et de ses détracteurs, en jouant peut-être sa saison sur deux matchs, dont le premier à Gerland. Pour se mettre dans les meilleures dispositions, il semblerait que Puel se soit enfin décidé à aligner une composition d'équipe décente, notamment au niveau de l'animation offensive. Lisandro en pointe, à la place d'un Gomis qui n'a pas le niveau Ligue des Champions. Govou à droite, lui qui connaît le Real mieux que quiconque chez les Lyonnais. Et Bastos à gauche, au poste où il a terminé meilleur passeur du championnat et marqué bon nombre de buts l'an dernier (hérésie que de le faire jouer à droite). A moins que Delgado ne lui soit préféré, mais l'OL ne devrait de toutes façons pas perdre au change.

 

Dans une telle configuration, un impératif s'impose : jouer au sol. Dans la profondeur ou dans les pieds, mais au sol. Car le seul inconvénient de jouer sans Gomis, c'est que l'OL ne bénéficiera pas d'un point d'ancrage dans la défense du Real. Il faudra donc jouer sur ses qualités : vitesse et percussion. Avec un Lisandro mort de faim seul en pointe, deux vrais ailiers et un bon Pjanic à la baguette, ça peut le faire.

 

Reste qu'en face, il y a le Real. Et qu'il faudra veiller à ce que les deux ailiers ne se retrouvent pas seconds arrières latéraux, sous peine que Lisandro se retrouve vraiment seul en pointe. Et bien sûr, il va falloir gérer le cas Ronaldo. Comme chaque problème a sa solution, les Marseillais, qui avaient livré deux copies intéressantes face à la Maison Blanche malgré deux défaites sèches (0-3, 1-3), proposent les leurs. Edouard Cissé fait dans la sorcellerie : « Peut-être qu'il faudrait faire un peu de vaudou ». Diawara en rajoute une couche : « Le conseil que je peux donner pour arrêter Cristiano Ronaldo, c'est de lui casser la jambe » (ce qu'il avait presque réussit à faire lors de Real-OM). Cristiano Ronaldo appréciera... Et Cissé de conclure : « Il y a une autre possibilité, c'est qu'il rate l'avion ».

 

Trêve de mauvaises blagues, Cristiano Ronaldo est bien arrivé à Lyon avec sa team, et devrait donc selon toute vraissemblance être aligné d'entrée ce soir. Benzema est là aussi, malgré l'intox (ou le coup de bluff, appelez ça comme vous voulez) qui l'annonçait forfait depuis une semaine. Casillas fêtera quant à lui son centième match européen sous le maillot du Real, à 28 ans seulement...

 

Pour Lyon en tout cas, il va donc falloir mettre en place un plan B pour contrer le Ballon d'Or 2008, notamment. Une des possibilités serait que Toulalan passe en défense centrale, histoire de ne pas lâcher le Portugais d'une semelle et de compenser le manque de vivacité d'un Cris. Ce serait alors Boumsong qui en ferait les frais, alors que l'heureux élu serait Gonalons, qui prendrait la place de la Toul' au milieu de terrain à côté de Makoun (vous suivez toujours ?). Un mal pour un bien qui permettrait en plus de muscler un peu l'entrejeu en rajoutant un peu de taille. Puel prendra t-il le risque ? Réponse ce soir vers 23h. Bon match !

 

 

valdano-lyon-a-laisse-liverpool-sur-le-carreau_43204_6387.jpg

Dans la série Les Aventures de Pif et Pouf aujourd'hui, Pif et Pouf à la plage :

pendant que Pif se la coule douce sur sa serviette de plage, Pouf s'entraîne au plongeon


Commenter cet article

Bastien 18/02/2010 21:25


Oui Ludo, c'est vrai pour Boumsong.

Par contre, quand j'entend certains médias déclarer en grandes pompes que Makoun a été très bon, ça me fait un peu tousser. La presse retourne facilement sa veste, un petit but et puis c'est bon...


Ludo 18/02/2010 16:50


Grosse erreur qui a plutôt porté ses fruits!! :-)


Bastien 16/02/2010 20:31


Apparemment ça sera Boumsong. J'ai peur pour la défense de l'OL...

Mais bon, on est tous Lyonnais ce soir !


Alex 16/02/2010 19:06


Là au Puel ferait une grosse connerie, c'est si il mettait Boumsong ... Plus lent que lui en L1 je demande a voir quoi. Fin bon espèrons que notre coach chéri (eh oui je suis Lyonnais ;D) ne fasse
pas cette grossière erreur.