Le Mans UC 72 change de nom

Publié le par Bastien

  

(crédits photo : www.muc72.fr)



Suite aux mauvais résultats et à un glissement inquiétant vers la Ligue 2, on s'attendait à de l'agitation du côté du Mans : changement d'entraîneur, renforts au mercato... Finalement, l'heure du changement est arrivée, un peu plus tôt que prévu, mais surtout, pas où on l'attendait. Devant la situation sportive plus que périlleuse, la réponse du club consiste à changer le nom et le logo du club. Histoire d'oublier l'histoire récente et de tout reprendre à zéro dans le nouveau stade, la MMArena, qui sera inauguré l'année prochaine. Peut-être en Ligue 2...


Voici les explications publiées sur le site officiel du club (www.muc72.fr) :


 


  « 
POURQUOI FAIRE ÉVOLUER LE NOM DU CLUB DE FOOTBALL DU MANS ?


Parce que le club de football du Mans n’est plus une union :
- mai 1985, le SOM (Stade Olympique du Maine) et l’USM (Union Sportive du Mans) s’unissent et fusionnent en un seul et même grand club du Mans : Le Mans Union Club 72.
- début de saison 2002-2003 : le SOM demande officiellement à retrouver son indépendance. Demande acceptée par le MUC 72 qui n’est donc plus, depuis cette date et contrairement à ce qu’indique son nom, une union mais bien une seule et unique entité.

Parce que "MUC 72" est un frein à la reconnaissance du club :
une étude quantitative menée par Ipsos a identifié que
« MUC 72 » n’est absolument pas assimilé par les connaisseurs de football au nom du club de football du Mans. Sa complexité (« MUC qu’est ce que cela veut dire ? », « 72, est-ce l’année de création du club ? ») est un frein à sa reconnaissance et à son émergence.


POURQUOI LEMANS FC ?


Par fierté d’appartenance au club et à la Ville du Mans :
une étude qualitative menée par le cabinet Adage auprès d’un panel de supporters du MUC 72 a identifié
« l’opportunité d’afficher son attachement à sa ville » comme le critère de motivation n°1 pour venir soutenir le MUC 72. C’est donc par souci de cohérence envers ces attentes que le club a souhaité mettre encore plus en avant le nom de sa ville dans son nom de club.

Par fierté d’appartenance à la Sarthe : mettre en avant « LEMANS »
dans le nom du club, c’est maximiser les retombées médiatiques pour le département de la Sarthe, beaucoup plus efficacement que ne le faisait le numéro 72.

Par pragmatisme et anticipation : en utilisant le dénotatif « FC » pour « Football Club » (30% des clubs de football européens) et en se reposant sur la marque « LEMANS » (1 830 000 requêtes mensuelles / Google), le club s’assure une exposition optimale avant de rentrer dans le MMArena.


UN NOUVEAU NOM = UN NOUVEAU LOGO


Dans le cadre de cette évolution, le club se devait d’adapter son logo à son nouveau nom. Tradition et Innovation sont les deux maîtres mots de ce nouveau logo.

La Forme
est inspirée du coeur, symbole de la passion.
Les Couleurs
du club, porteuses de son histoire et de ses valeurs sont immuables. Le rouge et le jaune sont les couleurs historiques de la ville du Mans.
La Typographie
est classique, universelle et intemporelle.
L’apparition d’un nouveau signe, le Pur-sang
, traduit la volonté du club de renforcer sa relation passionnelle et affective avec son public.

Le cheval symbolise 3 dimensions de la Ville du Mans :

. dimension régionale par le Perche Sarthois.
. dimension historique en référence aux enceintes romaines, donc à la Rome antique qui ramène à la notion d’arène et au nom du nouveau stade : MMArena.
. dimension culturelle et automobile de la ville, patrie de l’automobile en référence au cheval vapeur.

Le Pur-sang symbolise enfin l’essence même du club :
. un club basé sur une vocation de formation et de révélation de jeunes talents du club (élever de jeunes poulains et en faire des Pur-sang)
. un club placé sous le signe de l’innovation : LEMANS FC est le 1er club de Ligue 1 à choisir un Pur-sang comme signe distinctif.

Le nouveau nom et le nouveau logo du club s’appliqueront automatiquement dès la fin de la saison 2009-2010. Ils sont le fruit d’une réflexion menée par le club en collaboration avec le Cabinet NZ Consulting et d’un travail d’identité visuelle menée avec l’agence de design Leroy Tremblot. En attendant le club appelle l’ensemble de ses supporters, de ses partenaires et de ses sympathisants à l’union sacrée afin de réussir ensemble notre pari : entrer dans le MMArena en Ligue 1.
                                                                                  »


 


Il faut dire qu'à la manière des supporters parisiens, les supporters manceaux semblent pour une grande majorité opposés à cette « prostitution identitaire ». Toutes proportions gardées, les cas du PSG et du MUC 72 (pardon, de LFC) se rejoignent en plusieurs points : modification du maillot traditionnel (la bande rouge cernée de liserés blancs au PSG, le maillot rayé rouge et jaune pour Le Mans), changement du nom du stade (en projet au PSG, changement de stade tout court pour Le Mans), et changement de logo pour Le Mans toujours.


Pourtant, on ne peut pas dire que LFC soit plus facilement identifiable au club que MUC 72. LFC, ce sera donc à partir de l'année prochaine LeMans Football Club. Mais LFC, c'est aussi Liverpool Football Club ou encore Laboratoire des Fluides Complexes...


Ce que je retiens dans tout ça, c'est que le club se préoccupe davantage de son image que de sa situation sportive pourtant très préoccupante. Et qu'un club avec des moyens financiers modestes pour la Ligue 1, se permette de payer « une étude quantitative menée par Ipsos », « une étude qualitative menée par le cabinet Adage », « une collaboration avec le Cabinet NZ Consulting » et « un travail d’identité visuelle menée avec l’agence de design Leroy Tremblot », au lieu d'activer la cellule recrutement.


La compétitivité du club a fortement diminué depuis deux ans avec la fuite des meilleurs joueurs chaque année, et ce n'est certainement pas en se cachant derrière une nouvelle identité que ces problèmes seront réglés. Si ça peut entraîner une exposition médiatique, une notoriété et les revenus qui vont avec à long-terme, il faudrait quand même faire attention à ce que le court-terme ne se conjugue à la Ligue 2...


Commenter cet article