Les infos du jour

Publié le par Bastien

 
Elles sont croustillantes, elles sont fraîches, elles viennent de tomber : demandez les nouvelles du jour !

 

Equipe de France

On commence tout naturellement avec l'actualité brûlante de cette fin de semaine : l'équipe de France, qui joue sa place en Coupe du Monde dès samedi soir face aux îles Féroés à Guingamp. Faut pas interdit donc à domicile face au petit poucet de la poule. Ce qui veut donc dire grosse pression et grosse attente du public. La composition des Bleus était attendue, les commentaires, eux, ne se sont pas fait attendre. Comme souvent, le premier à dégainer se nomme Robert Pirès, qui ne rate pas une occasion de cracher son venin sur son ami Raymond Domenech. Déçu d'avoir dû tirer un trait sur sa carrière internationale de joueur, Pirès semble postuler aux fonctions de sélectionneur national. Selon lui, la France doit jouer dans un 4-3-3 très offensif face aux Féroés, avec Henry à gauche, Anelka à droite et Benzema en pointe. De toutes façons, « si tu ne joues pas en 4-3-3, alors tu n'as rien compris », et pis c'est tout. Faudrait peut-être lui expliquer qu'un 4-4-2 avec Henry à gauche, Govou à droite et Anelka-Gignac devant c'est quand même bien offensif aussi...
Pirès : "Comment ? Oui oui, c'est bien moi à gauche sur la photo, avec Zidane et la Coupe du Monde, pourquoi ?"



A part ça, l'
information importante de cette compo, c'est l'absence de Karim Benzema. Titulaire au Real, remplaçant en équipe de France, Benzema paye certainement ses dernières performances décevantes en Bleu, mais aussi ses récentes déclarations sur son manque d'envie lorsque qu'il joue pour son pays. Mais alors que Domenech dit avoir tiré un trait sur cette affaire, Benzema s'égare encore une fois dans des propos douteux : « je ne viens pas pour être sur le banc », « le jour où j'enchaînerais les rencontres, on pourra alors vraiment me juger ». Va quand même falloir qu'il se mette bien profond dans le crâne que l'équipe de France c'est un groupe d'une trentaine de joueur pour seulement onze titulaires, mais surtout qu'il n'a absolument rien prouvé chez les Bleus pour l'instant qui lui garantisse de passe-droit ou autre. Trézéguet, toujours régulier avec la Juve, s'est fait évincé de l'équipe de France pour moins que ça, alors qu'il s'estime déjà heureux rien que d'être dans le groupe...

 

Sinon, Bafé Gomis continue de faire flipper tout son monde après s'être une nouvelle fois évanoui sur le terrain en pleine séance d'entraînement, la troisième fois depuis le début de la saison... Mais malgré ce malaise et des images impressionnantes, le staff de l'équipe de France ne semble pas s'inquiéter outre-mesure de l'état du joueur. Espérons que l'avenir leur donne raison...

 

Enfin, l'autre info qui concerne directement les Bleus, c'est l'avertissement de la FIFA à l'encontre de la Serbie, leader du groupe dans lequel se trouve l'équipe de France. La FIFA aurait averti la fédération serbe du mauvais comportement de ses supporters qui pourrait valoir à l'équipe des sanctions allant jusqu'au retrait pur et simple de points. En tout cas, l'affaire Brice Taton, tué à Belgrade, est passée par-là...

Notons dans le même esprit que des soupçons de corruption pèsent sur l'arbitre de la rencontre Pérou – Argentine dans la zone AmSud, elle-aussi décisive dans l'optique de la qualification pour le Mondial 2010. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour envoyer la France et l'Argentine en Afrique du Sud...

 

Ben Arfa récidive

Hatem Ben Arfa ne joue pas au Real et n'est pas appelé en équipe de France non-plus. Ce qui ne l'a pas empêché de sécher l'entrainement de l'OM ce matin. Après avoir profité des quelques jours de repos accordés par Deschamps à son effectif pour aller faire un petit coucou à sa famille en Tunisie, le joueur est resté bloqué à l'aéroport sans billet valide, ce qui explique son absence à la Commanderie (euh, pardon, au centre Louis-Dreyfus). Le problème c'est que Ben Arfa n'a pas prévenu de son retard, et c'est cela qu'il devrait payer cher : sanction financière avec une amende de 10000€ (une somme dérisoire par rapport à ses revenus) à la clé, et excuses exigées envers ses partenaires. Une chose qu'il maîtrise désormais puisqu'on se souvient que l'an dernier il s'était déjà adonné à cet exercice sous la direction d'Erik Gerets après avoir refusé de rentrer en jeu face au PSG. Mais le plus important dans cette histoire, c'est que Ben Arfa a probablement grillé son dernier joker et signé son arrêt de mort à l'OM au moment où il semblait avoir gagné la confiance de son coach et de retour sur la pente ascendante. Décidément, ce joueur est une énigme...

Ben Arfa arrive à l'aéroport, mais il est déjà trop tard...

 

La relève nancéienne est là

L'équipe première de Nancy s'est pris une branlée contre les jeunes du centre de formation. Hadji (Samir, pas Youssouf) a planté un triplé. On lui souhaite d'être aussi talentueux que son homonyme, en tout cas ça en a tout l'air...

 

Lehmann crache son venin sur la Mannschaft

La sélection allemande a elle aussi son Robert Pirès national. Sauf qu'il ne s'appelle pas Robert Pirès mais Jens Lehmann. Le bonhomme, probablement une des grandes gueules les plus insupportables que le foot ait connu, continue de faire parler de lui dans la presse, à défaut de pouvoir parler de ses prestations sous le maillot allemand. Le gardien de Stuttgart y est donc lui-aussi allé de sa petite pique contre son sélectionneur, Joachim Löw, lui reprochant en gros de faire jouer de meilleurs gardiens que lui, que ce soit Neuer ou Enke. Son entraîneur à Stuttgart, Markus Babel, qui lui avait demandé d'être plus relax sur le terrain, en prend aussi pour son grade. Mais pourquoi Lehmann est-il aussi méchant ?? « J'ai grandi dans le bassin de la Ruhr et là-bas avec de la gentillesse, tu n'arrives à rien ». Voilà voilà...

Vous êtes l'adversaire de Jens Lehmann (culotte rouge - bas rouges). Vous arrivez lancé pour disputer un ballon que convoite également Lehmann.

A. Sur ce terrain gras, vous glissez malencontreusement et votre pied vient tout à fait involontairement s'encastrer dans l'entrejambe du malheureux gardien de but (qui ne demande que ça, soit dit-en passant)
B. Vous tentez une frappe désespérée. En bout de course, vous n'avez toutefois plus toute votre lucidité, ce qui explique pourquoi votre pied d'appui s'écrase sur les doigts gantés du portier
C. Sûr de vous, vous n'intervenez pas et laissez la magie opérer. La balle passe entre les jambes de Lehmann et entre dans le but vide...



Le championnat d'Angleterre avec les Rangers et le Celtic de Glasgow ?

Les deux (plus) grands clubs d'Ecosse s'emmerdent dans leur championnat national et font le forcing pour intégrer une compétition chez le voisin anglais. La ligue anglaise étudie actuellement la possibilité d'ouvrir une brèche dans le Mur d'Hadrien pour permettre à ces deux clubs de venir humer l'odeur des verts pâturages de la Perfide Albion. Question d'exposition médiatique et de gros sous, comme d'habitude, mais aussi concurrence accrue, ce qui pourrait leur permettre d'accroître leur compétitivité.

N'empêche, on peut aussi tourner la question dans l'autre sens : que deviendrait le championnat d'Ecosse sans ses deux fers-de-lance ? La réponse est claire : rien. Motherwell, Dundee et autres semblent condamnés à sombrer dans l'oubli d'un championnat de troisième zone sans leur « Big Two », un peu à la manière de ce qui se fait en Irlande. Pas sûr que Platoche, notre bon président de l'UEFA, appréciera s'il a son mot à dire, lui qui milite avec ferveur pour la démocratisation du football...

 

Merci pilote

En Ecosse, la sélection nationale fait également parler d'elle. En partance pour le Japon au départ de l'aéroport d'Heathrow, l'avion transportant tout ce beau monde a échappé de peu à une collision avec un autre appareil. Il s'en est donc fallu de peu pour qu'après le crash de Munich en 1958, on connaisse le crash de Londres 51 ans après...

 

« Pogba deal approved »

La FIFA a validé le transfert vers Manchester United du jeune Havrais Paul Pogba, 16 ans. Le trafic de mineurs est donc officiellement toujours autorisé dans le football.

 

Plus personne à Madrid

Au centre d'entraînement du Real ce matin, il n'étaient que huit (dont Van Nistelrooy, Guti ou Arbeloa) ; même pas de quoi faire une équipe. Et pour cause : tous les autres joueurs sont soit appelés en sélection, soit blessés...

 

 

Opération portes-ouvertes pour les entraîneurs portugais

5. Nelo Vingada, ex-entraîneur du Vitoria Guimaraes, est le cinquième technicien débarqué depuis le début de saison dans le championnat portugais. A qui le tour ?

Commenter cet article