Ligue 1, 11ème journée : le foot, c'est aussi la semaine

Publié le par Bastien

 

Ce week-end mid-week, on jouait un peu partout sur les terrains (partiellement gelés) d'Europe. La faute à un calendrier aussi chargé qu'une dinde de Noël à l'approche des fêtes, au grand désarroi d'Arsène Wenger, qui en a profité pour y aller de sa traditionnelle diatribe pour dénoncer un calendrier qui pénalise ses gunners. Caliméro va.

 

Toujours est-il qu'on jouait en Angleterre, mais aussi en France. Une journée décousue, puisqu'on se souvient (ou pas) qu'en raison de l'Europa League, les matchs de Lille et Toulouse avaient été décalés plusieurs jours plus tôt. Lille avait mis une grosse branlée à St-Etienne, 4-0, comme tout le monde. Et là, on s'était dit que la moyenne de buts par match était partie pour atteindre des records. Pour preuve, même Toulouse avait réussi l'exploit de marquer plus de deux buts dans le même match pour s'imposer 2-0 contre Sochaux, pour le premier match du jeune Loustallot.

 

Malheureusement, toutes ces belles promesses ne resteront probablement que de vaines résolutions pour la nouvelle année. Cette semaine, les clubs français ont repris un rythme plus en adéquation avec la période de grand froid, peu propice à la profusion de 5-5 et autres 4-3. La preuve, Toulouse s'est fait sortir de l'Europa League en concédant une défaite qui lui ressemble plus à Bruges, 1-0 (peut-être par crainte de retrouver Liverpool au tour suivant). La Ligue 1 est reparti sur les mêmes bases.

 

Valenciennes 0-0 Auxerre

Voilà ce que ça donne, un choc entre deux équipes surprises de ce début de saison un mardi soir, habituellement dévoué à la Ligue des Champions. 0-0. Et pourtant, Pedretti et Jelen étaient bien là. Il faut croire que sans eux, le score aurait pu devenir négatif, comme la température ambiante à Nungesser...

 

LeMansFC 1-0 Grenoble

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il faut se le dire : il y a bien eu un effet Arnaud Cormier au Mans. Bon d'accord, c'est plus facile face à Grenoble, mais quand même... Le Mans sort donc du trou, pendant que Grenoble replonge les deux pieds dedans.

 

Lorient 1-2 Marseille

L'OM peut dire merci aux Merlus. Pour Abriel et Koné, d'abord. Pour offrir sur un plateau une victoire sortie de nulle part, surtout. L'OM peut aussi dire merci à ses défenseurs : quand ce n'est pas Heinze, c'est Diawara qui marque, histoire de compenser un système de jeu en 4-5-0 sans attaquant de pointe (Morientes who ?). Enfin, l'OM peut dire merci à Abedi Pelé, pour services rendus au club. Et pour sa progéniture, Jordan Ayew (encore un), qui marque pour son premier match en Ligue 1. Apparemment, la période de fêtes a déjà commencé à Marseille, avec la remise des cadeaux qui va avec.

 

Lyon 2-0 Boulogne

Victoire plus que compliquée des Lyonnais face à un relégable, sur fond d'erreurs d'arbitrage profitant aux locaux (but refusé aux Boulonnais pour un hors-jeu, hum...) et de contestation populaire de Gerland (« Puel démission ») : pas de doute possible, c'est bien la crise à l'OL.

 

Monaco 1-0 Rennes

Guy Lacombe entube son ancien club, la moustache frétille. Fred Antonetti, l'ancien niçois, perd le derby face à Monaco. Sinon, quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi Monaco joue tous ses matchs à huis-clos ?

 

Montpellier 0-1 Bordeaux

Et un pénalty raté par Gourcuff, un... L'idole de ces dames se charge de garder un semblant de suspens, Jussiê s'occupe des trois points. En revanche, de suspens on ne voit guère au classement tant les Girondins semblent intouchables. Mais attendons le retour de vacances, Gourcuff & co ne seraient pas les premiers à faire une indigestion après la dinde de Noël...

 

Nancy 2-0 Nice

Au coup d'envoi, les deux équipes, qui se suivent au classement alphabétique, se tenaient dans le même point. Au final, Nancy se donne de l'air, tandis que Nice se frotte au chardon lorrain et se retrouve à portée de zone rouge.

 

PSG 1-1 Lens

Dans la semaine, la polémique éclatait au sujet de l'âge incertain d'Apoula Edel, le gardien du PSG chargé de faire oublier Coupet. Bien loin de la tourmente, captain Makélélé s'offre son premier but depuis son retour en Ligue 1, à 42 ans. Plus de dix ans d'attente depuis un but pour l'OM lors de la saison 1997-98, pour au final trois minutes de gloire, avant que Maoulida ne fasse parler sa bandelette. Ca en fait au moins qui est sûr de ne pas être convoqué pour le jubilé de papy Maké.

ligue1.jpg


Commenter cet article

FOotballwrite 19/12/2009 19:51


BASTIEN ! FAUT QUE TU REGARDES TES MAILS FACEBOOK URGENT !


bastien 18/12/2009 18:42


@ Footballwrite : pourquoi pas, je suis ouvert à tout !

@ jouel : Maké, 32 bougies ? Ca c'est ce que tu crois. Officiellement, il en 36. Officieusement par contre...


joel 18/12/2009 18:34


The match au sommet : Montpellier vs bordeaux, ça c'est fort!
Insinuerais tu un boycottage masssis des, supporters monégasque du stade louis II ??
Et erratum : Capt'N Maké n'a que 32 bougies au compteur ( et non 42 ... Roger milla comes back??? )


Footballwrite 18/12/2009 17:13


Que dirais tu d'un article en collaboration un des ces 4 Bastien ?