Lorient : le synthétique, c'est fantastique

Publié le par Bastien PYZ

 

Lorient 2000

Le FC Lorient vient d'annoncer la pose d'une pelouse synthétique au stade du Moustoir pour la saison prochaine. Un investissement conséquent pour le 16ème budget de Ligue 1, mais qui sur le long terme s'avère plus intéressant qu'une pelouse naturelle qui se dégrade à vue d'oeil et qu'il faut remplacer tous les ans, notamment sur le plan financier avec des frais d'entretien beaucoup moins élevés. Un pari sur l'avenir en somme.

 

 

Avant Lorient, un autre club breton un peu plus à l'aise financièrement, le Stade Rennais, avait déjà reçu l'autorisation d'équiper d'une pelouse synthétique le Stade de la Route de Lorient (ça ne s'invente pas), particulièrement sujet aux dégradations naturelles (aération et ensoleillement limités, taux d'humidité élevé avec la rivière de la Vilaine qui longe la tribune présidentielle). Mais étant donné que la pelouse tient le coup pour l'instant et a réussi à passer l'hiver, il semblerait que le projet soit en standby pour le moment.

 

Rassurons tout de même les puristes : les terrains synthétique dernière génération n'ont rien à voir avec les premières pelouses artificielles expérimentales du millénaire précédent, et n'ont plus grand chose à envier aux billards de la Premier League. Les premiers satisfaits seront probablement les gardiens de but. De ma propre expérience, je peux vous assurer que c'est un vrai bonheur de jouer sur une pelouse sans faux-rebonds, sans plaque de terre désherbée dure comme du béton par temps sec, et sans marre aux canards qui prend parfois des airs de piscine olympique en hiver...

 

Une particularité qui devrait également faire les beaux jours des locaux. D'une part, parce qu'évoluer sur une surface différente (rebonds, vitesse de la balle) requiert toujours un temps d'adaptation pour les visiteurs (demandez aux adversaires du CSKA Moscou ce qu'ils en pensent). Mais surtout, cela conviendrait à n'en pas douter au jeu lorientais, à base de passes courtes à ras de terre, qui nécessite des conditions de jeu décentes pour pouvoir se mettre en place.

 

L'initiative (et le joli coup de pub qui va avec) s'inscrit en tout cas parfaitement dans la logique de développement à long terme du club merlu, en pleine mutation depuis l'intrônisation de Loïc Féry, l'omniprésent président. Encore inconnu il y de cela un an à peine, Loïc Féry, issu du monde de la finance, a très vite imposé son style de président passionné, motivé et très actif, fin négociateur, homme d'affaires avisé (les contrats juteux avec les banques, l'hôtellerie ou la restauration, c'est lui), et n'a pas hésité à mettre la main à la poche et à sortir son propre portefeuille pour contribuer au développement du club en procédant à une augmentation de capital substancielle.

 

Depuis sa prise de pouvoir, Féry multiplie les initiatives. Sa première bonne intuition a été de parvenir à convaincre Christian Gourcuff, technicien indissociable de l'image du club, de rempiler sur le long terme. A son actif également, le projet de construction d'un centre de formation et d'entraînement digne de ce nom. Les dirigeants ont déjà obtenu de la ville de Lorient la possibilité de disposer d'un terrain d'entraînement synthétique (c'est là que tout commence), une aubaine sachant que les infrastructures actuelles restent très modestes, et que la zone d'entraînement du Moustoir est par exemple impraticable par temps de pluie (c'est-à-dire la majeure partie du temps en Bretagne, diront les mauvaises langues...).  

 

Lorient-1999.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le stade du Moustoir, assez vétuste, à quant à lui fait l'objet d'une rénovation, avec la construction d'une toute nouvelle tribune « verte », équipée de panneaux photovoltaïques, ainsi que d'une citerne géante qui permet de récupérer, filtrer et stocker l'eau de pluie (mais puisque je vous dit qu'il ne pleut pas tant que ça en Bretagne !), directement réutilisée pour l’alimentation des sanitaires et pour l’arrosage de la pelouse (avant de passer au synthétique).

 

Pour le derby face au Stade Rennais qui s'annonce demain soir, les Merlus ont encore vu les choses en grand et ont mis le paquet au niveau des animations proposées. La liste est impressionnante : dégustation gratuite de produits du terroir offerte par les partenaires ; bagad (ndlr : groupe de musique bretonne pour les nuls) sur la pelouse pour faire monter la tension avant le match, puis en tribune pour assurer l'ambiance pendant la rencontre ; distribution gratuite de 10000 « banabooms » (cet espèce d'éventail en plastique qui fait du bruit) ; tiffo géant dans la nouvelle tribune sud, etc. Les joueurs des deux équipes porteront également un t-shirt au profit des associations Vaincre La Mucoviscidose et Muco29 pendant l'échauffement, et une tombola sera organisée au profit de l’association de lutte contre le cancer Ysae.

 

Par ailleurs, le FC Lorient organise également sa propre journée de la femme mercredi prochain, une après-midi de foot en l'honneur des nombreuses amatrices de ballon rond, licenciées ou non. Dernier événement en date : le FCL Beach Tour 2010. Cet été, le FC Lorient organise la troisième édition de sa tournée des plages sur les côtes du Finistère Sud et du Morbihan. Beach soccer, ateliers foot et jeux concours sont au programme.

 

Enfin, le FCL offre la possibilité à ses supporters de donner leur avis sur le nouveau logo du club via un sondage participatif. Je vous invite d'ailleurs à aller y faire un tour (fclweb.fr), c'est très bien foutu : comptes-rendus, reportages, interviews, photos, vidéos, etc ; bref, de quoi vous rendre amoureux des Merlus sans en être forcément supporter...

 

Toujours est-il que grâce à une gestion sportive et extra-sportive saine intelligente, un entraîneur fidèle à ses principes, et au flair de la cellule recrutement, Lorient est en train de franchir un cap supplémentaire (un cap ? Que dis-je, c'est une péninsule !) et de s'installer durablement dans le paysage footballistique français. Aujourd'hui, le FCL fait partie du top 10 de la Ligue 1, rien que ça. Pas mal pour le 16ème budget de l'élite...

 City-Stade.jpgPour la réception de l'OM, les architectes lorientais ont pensé à Taiwo

et ont prévu une cible supplémentaire au-dessus des buts. Au cas où.

 

 

 

Commenter cet article