Lyon-Bordeaux, la physionomie du match

Publié le par Bastien PYZ

 

0' : l'hymne de la Champion's League retentit, puis Liane Foly entame une Marseillaise poignante : le choc franco-français des ¼ de finale peut commencer.

 

0' : tout le monde attend Raymond Domenech pour donner le coup d'envoi. Finalement, c'est la silhouette légèrement enrobée (j'ai pas dit gros) de Pierre Mankovski qui se dessine sur la pelouse de Gerland. Le bras-droit du sélectionneur, un peu décontenancé de se retrouver entre toutes ces stars, explique timidement dans la sono du stade que Domenech, pro-lyonnais notable, a préféré se désister au dernier moment par souci d'équité. Sur son fauteuil, Jean-Michel Aulas s'agite et crie au complot.

 

Domenech--Bruno-Martini--Fabrice-Grange--Mankowski.jpg Entre gens honnêtes, on finit toujours par s'arranger

 

0' : à noter que le staff des Bleus, qui a pour habitude d'écumer les quatre coins de l'Europe pour observer les français en Coupe d'Europe, est au grand complet ce soir. Le sélectionneur national et ses trois adjoints ont décidé de s'organiser autrement : Domenech en présidentielle, Boghossian en tribune Jean Bouin, Mankowski dans le virage sud, et Martini dans le virage nord.

 

0' : ça y est, c'est enfin parti sur la pelouse de Gerland. L'OL évolue dans un maillot sobre (un dégradé qui va du noir à l'orange fluo, du meilleur goût), tandis que les Girondins arborent pour leur part leur traditionnel maillot Europe rayé rouge et blanc, en hommage à leur victime du tour précédent : l'Olympiakos. Yohann Gourcuff, quant à lui, porte son slip extérieur blanc.

 

4' : ça commence mal pour l'OL. Gourcuff trifouille sur le côté gauche, Anthony Réveillère perd son genou gauche. Premier changement précoce pour Puel, contraint de faire rentrer Lamine Gassama.

 

1_c1294e8a28ff2988404b3ce3b893a210_475.jpg

 

27' : Bordeaux continue de pousser sur les buts lyonnais. Le très bon centre de Trémoulinas lobe toute la défense des locaux. Chamakh, seul au deuxième poteau, n'a plus qu'à pousser le ballon de la tête au fond des filets. Malheureusement, le crâne du grand attaquant marocain vient percuter de plein fouet la barre transversale à bout portant. Avertissement sans frais pour l'OL, mais ça se précise sur le but de Lloris.

 

32' : la barre transversale rafistolée à la va-vite, tout comme le front de Chamakh, remis sur pieds malgré le choc : le jeu peut reprendre

 

35' : coup-franc bien placé pour les Girondins. Gourcuff prend son élan.

 

37' : Gourcuff frappe. C'est dans le mur. Pendant ce temps-là en tribunes, Raymond prend des notes et prépare son plan de secours au cas où un astéroïde géant frapperait tous les pays étrangers dans lequels jouent des français la veille du départ en Afrique du Sud : Lloris – Chalmé, Ciani, Boumsong, Trémoulinas – Toulalan, Alou Diarra – Govou, Gourcuff, Cissokho – Gomis. Avec Carrasso, Réveillère, Bodmer et Gonalons dans les bagages en renfort, au cas où, ça peut tenir la route...

 

45' : c'est la mi-temps à Gerland. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur un score de parité. Au nombre de kilomètres parcourus, l'égalité est tout aussi parfaite entre Toulalan et Lisandro : 42,195 km chacun.

 

BORDEAUX_CHAMAKH_230509.jpg

Après une activation tardive de son aérofrein, Chamakh n'a pu éviter la collision

 

 

45' : retour des deux équipes sur la pelouse. Pendant le repos, Claude Puel a procédé à ses deux derniers changements : Boumsong et Makoun, transparents au cours des 45 premières minutes apparemment blessés, cèdent leur place à Kallstrom et Gonalons. Toulalan passe en défense centrale.

 

52' : coaching gagnant de la part de Puel ! Récupération de Gonalons pour la frappe terrible de Kallström, qui heurte d'abord la transversale (relevée de cinq bons centimètres depuis l'accident de Chamakh), puis le dos du malheureux Carrasso, avant de rentrer dans le but ! Les Lyonnais ont donc fait la différence sur leur seule occasion franche jusque là.

 

53' : Laurent Blanc décide de faire sortir Chamakh, et semble même hésiter pour Gourcuff. La priorité, c'est le championnat, et y'a un match à préparer contre Valenciennes dimanche.

 

61' : coup-franc bien placé pour les Girondins. Gourcuff, qui est finalement resté sur le terrain, prend son élan.

 

63' : Gourcuff frappe. C'est dans le mur.

 

76' : depuis l'ouverture du score des Lyonnais, on s'ennuie ferme dans les tribunes. Frédéric Thiriez, pourtant entouré par Rama Yade et Roseline Bachelot, vient de s'endormir sur sa moustache.

 

88' : coup-franc très bien placé pour les Girondins : ça ressemble à l'occasion de la dernière chance. Gourcuff prend son élan.

 

90' : l'arbitre siffle le coup de sifflet final avant même que Gourcuff ne s'exécute, et sans faire jouer de temps additionnel. Laurent Blanc ne conteste pas. Il semblerait même que cela arrange le technicien girondin, qui a un match de championnat a jouer dès dimanche face à Valenciennes. Lyon s'impose donc sur la plus petite des marges et abordera le match retour avec cet avantage d'un but.

 

En zone de presse, Aulas déclare qu'il s'agit d'un authentique exploit interplanétaire, étant donné que Bordeaux était ultra-favori. Triaud, pour sa part, fustige le comportement du trio d'arbitres, qui n'aurait selon lui jamais du accorder le but lyonnais à cause de cette maudite transversale. Malgré tout, les deux hommes se serrent la main et affichent un large sourire. Jusqu'au match retour.

 

 Carrasso.jpgA ce moment du match, Cédric Carrasso était loin de se douter que ses montants

allaient lui jouer de vilains tours

 

 

Commenter cet article