Manchester City - Chelsea : riches, blues, et fiers de l'être

Publié le par Bastien

  

« Le premier gros coup des nouveaux riches de City face aux anciens riches de Chelsea ». Tels sont les mots sur lesquels le match entre Blues s'est achevé. Une victoire 2-1 et un vrai gros coup – mais pas le premier, puisque avant cela, les Citizens avaient déjà battu Arsenal, obtenu le nul à Liverpool et perdu d'extrême justesse face au voisin United dans le « Fergie time », après cinq bonnes minutes d'arrêts de jeu et un match qui reste jusqu'à présent « The Match of the Year » en Angleterre. Qu'on se le dise, le Manchester City de cette année n'est plus la constellation de grands noms imaginée l'année dernière, mais bel et bien un vrai postulant au Big Four, et plus si affinités.

 

Pourtant, ça avait plutôt mal commencé, puisqu'Anelka frappait, Given repoussait, mais dans le dos d'Adebayor (on se demande d'ailleurs ce que ce dernier foutait sur sa propre ligne de but). Mais Adebayor a du répondant, les fans d'Arsenal confirmeront. Et un peu avant la mi-temps, le Togolais se fait pardonner en égalisant à bouts portants, suite à un ballon dévié par un de ses coéquipiers de la main. Après le match, Shay Given, le gardien des Citizens, déclarera qu'il n'a rien vu.

 

« Ceci est ma main. Des mains comme ça, il y en a beaucoup, mais celle-ci est la mienne.
Je ne suis rien sans ma main. Et sans moi, ma main n'est rien »

 

 

Au retour des vestiaires, Chelsea se fait prendre à son propre jeu. Sur un coup-franc à 20m, Tevez expédie le ballon côté gardien (masqué par une forêt de jambes) pour un remake du dernier but de Drogba face à Arsenal le weekend dernier. Entre temps, Drogba avait d'ailleurs retenté le coup, mais sans réussite. 2-1, ce sera le score final, malgré quelques rebondissements. Adebayor – Tevez, c'est ce qu'on appelle un mercato gagnant. Le compte y est, on ferme la boutique.

 

Carlos Tevez est rassuré : il tient sa prime de match

 

 

La fin du match sera presque aussi hachée qu'une finale de Superbowl (le concert des Stones en moins), avec des petites fautes à répétition, des équipes qui réclament, et plus d'arrêts que de jeu. A ce propos, il faut souligner la prestation de l'arbitre Mr Howard Webb (on crache assez souvent sur les hommes en noir comme ça pour pouvoir reconnaître quand ils sont bons). Bon, Mr Webb l'a été ce soir, comme il l'est souvent. Meilleur arbitre anglais, sélectionné à l'Euro 2008, Mr Webb est par ailleurs agent de police dans le conté du South Yorkshire lorsqu'il n'officie pas sur les terrains de Premier League. Mais il sait aussi se faire respecter sur le terrain. Et dans le contexte d'une fin de match difficile, il y est pour beaucoup si la rencontre n'a pas dégénéré.

 

Exclusif, la main de Drogba : bien que cela soit moins flagrant sur image arrêtée, on devine que
Didier Drogba, qui récupère délibérément l'eau de pluie les bras écartés tels les branches
d'un baobab, est sur le point de recevoir une violente décharge électrique

 

 

Il siffle à juste titre une grosse faute sur Didier Drogba, pourtant pas si évidente à siffler tant l'attitude de l'Ivoirien (qui se roule dans tous les sens dès qu'on le touche et qui gigotte comme s'il venait de se foutre les doigts tout mouillés dans la prise de courant) donne envie de laisser le jeu se poursuivre. Mais faute quand même, et dans la surface. Pénalty donc, qui donne à Franck Lampard l'occasion de ramener son équipe à 2-2. Ce ne sera pas le cas, puisque Lampard rate son pénalty, dossier immédiatement classé dans les archives du joueur, tellement peu coutumier du fait. En fait, c'est plutôt Shay Given qui repousse sa tentative (après plusieurs visionnages du ralenti, il semblerait même que le gardien irlandais ait touché le ballon de la main, ce qui relance le débat sur la vidéo – n'en déplaise aux Cahiers du Foot).

 

Drame de l'incompréhension des règles du jeu : depuis que Given a vu que les joueurs de champ
avaient le droit de jouer avec les mains,
voilà qu'il se met à ne jouer qu'avec ses pieds

 

 

Le reste du match ne sera que petites fautes à répétition et distribution générale et gratuite de cartons jaunes. La campagne des Restos du Coeur bat son plein, Mr Webb avait décidé d'être généreux en distribuant plus de biscottes que Jésus ne distribua de pains. La liste des bénéficiaires de l'opération est impressionnante, notamment du côté de Chelsea, où les avertis se comptent sur les doigts d'une mains à six doigts : Terry, Carvalho, Ivanovic, Ashley Cole, soit la ligne défensive au grand complet (certainement par solidarité), avant que Belletti et Deco ne viennent s'ajouter au « back four ». D'ailleurs, les deux premiers cités ne finiront pas le match, sortis sur blessure.

 

Quand on voit l'état des lacets de Drogba, on comprend mieux
pourquoi il n'arrête pas de se casser la gueule

 

 

Sale soirée pour Chelsea donc, et même sale semaine, après la défaite aux tirs au but trois jours plus tôt à Blackburn en Coupe de la Ligue. Surtout que derrière, Manchester United revient à deux points après son carton du jour contre West Ham (4-0). Et dire qu'on voyait les Blues intouchables cette saison, comme quoi, ça va vite le football...




Commenter cet article