OL - OM, 5-5, 10 buts dans un match de Ligue 1

Publié le par Bastien

Joyeux anniversaire. Pour les 25 ans de Canal+, Lyonnais et Marseillais ont offert du grand, du très grand spectacle hier soir à Gerland. La chaîne cryptée se frotte les mains, les abonnés sont contents, et le nouvel album de Kool Shen va se vendre comme des petits pains.

 

Pour résumer ce match au scénario hallucinant, presque surnaturel, on va faire simple : Lyon marque, Aulas jubile, Mandanda va chercher le ballon au fond de ses filets. Répétez dix fois l'opération, remplacez Mandanda par Lloris et Aulas par Dassier, rajoutez un Brandao qui se recoiffe de temps en temps plus un zeste de Lisandro, et vous obtenez le score final : 5-5. Soit un but toutes les neuf minutes, le tout pour dix buteurs différents.

 

Le genre de match qui révèle la force de caractère d'une équipe, mais qui laisse aussi des traces, et notamment derrière (des traces de frein donc). Car si le festival offensif fut total, on ne peut pas en dire autant de la base défensive des deux équipes. Et qui plus est, deux équipes qui comptent dans leurs rangs les gardiens n°1 et n°2 de l'équipe de France. Pas très rassurant avant Irlande – France...

 

D'ailleurs à la fin du match, les joueurs ne savaient pas trop s'il devaient se réjouir de prendre un point en ayant encaissé cinq buts, ou regretter de lâcher deux points en route en ayant marqué cinq buts.

 

En tout cas hier soir à Gerland, on a vécu une soirée un peu folle. Le spectateur au stade, ou l'abonné Canal + devant sa télé, en ont eu pour leur argent. Et après le classico OM – PSG devenu un non-match, ça fait du bien de voir un « olympico » (dixit Grégoire Margotton) qui tient toutes ses promesses. Surtout qu'on se souvient encore du match de l'année dernière qui s'était terminé sur un bon vieux 0-0 des familles.

 

5-5, pas un score de tennis (presque), pas vraiment un score de rugby, mais pas un score de foot non-plus. En effet, c'est seulement le cinquième 5-5 de toute l'histoire de la L1. Le dernier en date, c'était un Nice – Lille en 1957. Un temps qui ne connaissait pas les 0-0, et où celui qui remportait le match était véritablement celui qui marquait plus de buts que son adversaire et pas celui qui en concédait le moins...

 

Pendant ce temps-là en Angleterre, Chelsea s'imposait difficilement sur la plus petite des marges face à Manchester United, au terme d'un match plutôt décevant. Résultat : 7 points d'avance en tête du classement pour les Blues, et déjà plus beaucoup de suspens pour la suite du championnat. Finalement, on a quand même de la chance avec notre football français...

 


  

Que ce soit sur le terrain ou devant la télé, il fallait avoir les nerfs solides et le coeur bien accroché pour ne pas perdre le fil de ce match incroyable...


Commenter cet article

bastien 10/11/2009 16:10


Dépêche AFP, ça vient de tomber :
Sébastien Frey : "Je ne comprends pas pourquoi Raymond ne me prend pas, pourtant je suis le meilleur à mon poste..." :)


Ludo 10/11/2009 11:49


Oui, c'est déjà énorme, 9 buteurs différents!

Quel match de fou, avec pourtant les 2 meilleurs gardiens français! En même temps, ce we, c'était porte ouverte chez les meilleurs gardiens (Mandanda, Lloris, Douchez, Carasso...)


@lexis 10/11/2009 11:43


... ce qui est déjà pas mal dans un match lol !


bastien 09/11/2009 23:05


Bien sûr Ludo, j'en suis encore tout ému que j'en perd mes moyens et mon football...
Bon, ben ça ne fait plus que neuf buteurs différents :)


Ludo 09/11/2009 22:56


Y a pas eu 10 buteurs différents, il me semble bien que Lissandro fait un doublé ;-)