OM - PSG : à qui la faute ?

Publié le par Bastien

 

Pour cet article dominical, j'avais initialement prévu de vous parler du polémico-médiatico-classico français, le match, entre l'OM et le PSG. Mais la commission médicale de la LFP en a décidé autrement et a eu raison de la tenue de ce match – et de ma bonne volonté. Par la force des choses, je me vois obligé de délaisser le costume d'observateur du football pour m'improviser expert en grippe A et autres cassages – débordements de supporters des deux camps.

 

Pour commencer, qui dit OM – PSG dit forcément match à part. Née de l'intérêt des médias, la rivalité entre les deux équipes fait toujours plus parler en coulisses que sur le terrain. Dès le calendrier dévoilé et l'affiche révélée, il ne reste plus qu'à trouver l'élément extra-sportif pour mettre le feu aux poudres.

 

Cette année, il s'agit donc de la grippe A. Touchés par le virus H1N1, deux joueurs du PSG (Giuly, Sakho) ont été contraint de rester à la maison. Soit un de moins que la limite imposée en début de saison, qui autorise la Ligue à annuler un match. Le problème, c'est qu'entre temps, un troisième cas (Jérémy Clément) a été dépisté. Cota atteint, match annulé.

 

 

Kombouaré : "Les mecs qui portent des masques blancs ? Ils mériteraient des claques dans la gueule"


Mais le vrai problème, c'est surtout qu'avant l'annonce plus que tardive du report du match le jour même, quelques 2000 supporters parisiens ont fait le déplacement à Marseille. Ce qu'on craignait s'est alors produit : de véritables scènes de hooliganisme voire de guérilla urbaine en plein centre-ville de la cité phocéenne.

 

On ne s'attardera pas à commenter le comportement de ces imbéciles (pour rester politiquement correct), on connaît trop bien ces supporters pour en espérer mieux. Mais mis à part ces quelques sombres idiots, la responsabilité de la LFP est également hautement engagée dans l'histoire. Comment a t-on pu en arriver à une telle situation ?

 

Désolé monsieur, cette zone est interdite aux hooligans, dégagez le passage. Oh pardon, supporter de Lorient? Allez-y...



Pour être clair, la LFP avait le choix dans cette affaire : soit jouer, soit annuler le match. Les deux solutions étaient envisageables ; la manière et le déroulement des faits sont en revanche incompréhensibles.

 

Le bon-sens aurait voulu que la rencontre ait lieu normalement. Dans un tel cas de figure, on aurait pu penser au préjudice subit par le PSG, handicapé par l'absence de trois maillons clé. Sauf que son propre président, Robin Leproux, s'est déclaré favorable à la tenue régulière de ce match. Et puis de toutes façons, il arrive fréquemment qu'une épidémie de grippe saisonnière frappe une équipe sans que le match ne soit annulé pour autant...



"N'insistez pas, je ne parlerai qu'en présence de mon avocat"


Malgré tout, la LFP a préféré reporter le match par principe de précaution. Soit. Mais pourquoi l'avoir annoncé à peine sept heures avant le coup d'envoi ? Quand on connaît le climat détestable qui règne entre supporters des deux clubs, ça ressemble à de la folie pure. Plusieurs centaines de supporters parisiens lâchés en plein coeur de la jungle marseillaise, avec quelques poignées de CRS pour unique dispositif d'accueil, il fallait se douter que ça laisserait des traces.

 

Mais tout devrait rentrer dans l'ordre à partir de ce soir. Une bonne partie des supporters parisiens (enfin, pour ceux qui ne seront pas placés en garde-à-vue) devrait rallier la capitale dans la soirée pour se présenter demain au boulot comme si de rien n'était, avec juste quelques cicatrices en plus. Il ne reste donc plus qu'à attendre que le match soit reprogrammé, que ces 2000 supporters rachètent un billet aller-retour Paris-Marseille, et que leurs homologues marseillais et les forces de l'ordre se tiennent prêt pour la seconde manche...


Niang ferait mieux de retirer son 4x4 de là...

Commenter cet article

bastien 26/10/2009 23:22


Pfff, ça serait bien qu'ils le jouent le plus tôt possible. Je propose demain soir au Vélodrome si il n'y a rien de prévu ? Et à huis-clos, parce que ça commence sérieusement à me gaver ces
histoires, entre Dassier (président de l'OM), Leproux (président du PSG), Thiriez (président de la LFP), les supporters des deux camps et les politiques qui s'en mêlent maintenant, y'en a vraiment
pas un pour rattraper l'autre...


joel 26/10/2009 18:24


sale histoire! et au vu du calandrier déja surchargé pour ces clubs (championnat, coupe(s), la bonne question à ce poser est : quand se déroulera ce match reporté om - psg?