Swansea, le chant des cygnes

Publié le par Bastien

 

Swansea City AFC. Un nom parmi tant d'autres dans le championnat d'Angleterre, serait-on tenté de penser. Sauf que Swansea n'est pas un club comme les autres.

 

Tout d'abord parce qu'il s'agit du premier club "étranger" (gallois en l'occurrence) à accéder à l'élite du football anglais. Mais au delà de la ville de Swansea, station balnéaire dont la population avoisine les 200.000 âmes (l'équivalent de Rennes, Bordeaux ou encore Montpellier), c'est tout un peuple qui vibre au rythme des performances du promu.

 

Vibrer, les supporters des cygnes (swan en anglais) en ont eu l'occasion ce dimanche avec la réception de l'ogre Manchester City, puisque leurs protégés se sont imposés 1-0 face au désormais ex-leader du championnat. Et avec la manière, s'il vous plaît. Le tout dans une ambiance extraordinaire que l'on ne retrouve ni à Rennes, ni à Bordeaux, ni à Montpellier.

 

Les hommes de Brendan Rodgers ont donc pris les choses en main dès le début, et ont très vite obtenu un pénalty stoppé par Joe Hart, un gardien comme les anglais n'en avaient pas connu depuis longtemps. Qu'à cela ne tienne, ils ont continué d'imprimer le rythme de la partie, et ont été justement récompensés de leurs efforts en fin de match grâce à un but de Luke Moore. Les citizens ont timidement tenté de réagir, mais le but de Richards a été refusé pour une position de hors-jeu.

 

610x--2-.jpg

 

 

Du côté de Swansea, on sait que le salut viendra par le jeu ou ne viendra pas. Le football léché, fait de jeu à une touche de balle, de mouvement et de dédoublements, contraste avec le fameux kick & rush assez primaire encore pratiqué par bon nombre d'équipes de bas de tableau (Wigan, Blackburn, Bolton entre autres). A Swansea, on tente toujours de repartir de derrière et de construire le jeu, quelque soit l'adversaire. Face à Manchester City, qui a l'habitude de monopoliser le ballon, ça c'est vu à l'aller comme au retour. 60% de possession : peu d'équipes peuvent se targuer d'avoir de telles stats face à un candidat avoué au titre de champion d'Angleterre.

 

Pour parvenir à leurs objectifs, les dirigeants de Swansea ont fait le choix de la jeunesse, contrairement à la majorité des promus qui préfèrent s'appuyer sur des joueurs d'expérience. Parmi les joueurs de base de Rodgers, seul Wayne Routledge possède une expérience significative de l'élite avec plus de 100 matchs au compteur. Le club a recruté intelligemment, s'attachant les services de plusieurs joueurs prometteurs (Sigurdsson, prêté par Hoffenheim, Caulker, prêté par Tottenham), et profitant du réseau de son entraineur pour faire venir des joueurs qu'il connait bien pour les avoir dirigé à Chelsea à l'époque Mourinho (Sinclair, McEachran).

 

610x--3-.jpg

 

 

Ajoutez à cela un Joe Allen, formé au club, qui avec Leon Britton forme le milieu de terrain réussissant le plus de passes en Europe, devant le Barça (plus de 90% de passes réussies), ainsi que le petit Nathan Dyer, ailier virevoltant dans la lignée des Wright-Philipps et Lennon, et vous obtenez un cocktail détonnant.

 

Un cocktail qui devrait permettre au promu de se maintenir au plus haut niveau du football britannique, puisque grâce à sa victoire de prestige, Swansea possède désormais 14 points d'avance sur la zone de relégation. Les cygnes ont donc fait un grand pas vers le maintien, tout en se payant le luxe de relancer la course au titre. L'histoire retiendra que c'est peut-être au Pays de Galles que Manchester City a abandonné son fauteuil de champion d'Angleterre...

 

610x2.jpg

 

Crédits photos : daylife.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kéké 13/03/2012 14:39

on pourrait carrément faire le parallèle avec le rugby oui le pays de Galles a un jeu fait de créativité et de jeunesse. pourvu que ça dure... mais c'est pas sur !