Ben Arfa à Manchester United : Et si c'était vrai ?

Publié le par Bastien

 

On a appris dans la semaine qu'Hatem Ben Arfa serait convoité par Manchester. Oui, le Ben Arfa qui ne joue même pas à l'OM. Oui, le Manchester qui gagne, United. Et non, ce n'est pas une blague : l'éternel espoir du foot français pourrait bien rebondir chez les Red Devils dès le prochain mercato, d'après des informations du quotidien régional La Provence, relayées par RMC. Un des représentants de Ben Arfa aurait rencontré des représentants du club mancunien, et on parle même d'une indemnité de transfert avoisinant les 8M€ (ainsi que d'un prêt dans un club de Premier League moins huppé dès la première année histoire d'aguerrir le bonhomme). 
 

 ben-arfa.jpg

Ben Arfa a la belle époque : celle où il jouait encore en Ligue des Champions après les phases
de poules avec l'OL, et celle où il jouait même en équipe de France...

 

 

En temps normal, la nouvelle en aurait fait rire plus d'un (et moi le premier) : un joueur qui a aussi souvent fait parler de lui pour son comportement en dehors du terrain que pour ses performances balle au pied, à Manchester, c'est louche (même si ça rappelle un peu Georges Best). Sauf qu'avant Ben Arfa, il y a aussi eu le cas Gabriel Obertan qui fait désormais jurisprudence.

 

Ah, qu'on s'est moqué du « nouveau Thierry Henry » lorsqu'il a signé chez le champion d'Angleterre en titre. Quelques passements de jambes et de timides apparitions à Bordeaux, incapable de s'imposer à Lorient et laissé à l'état de conserve chez les Merlus, la carrière du gaillard a tourné en un coup de fil, une rencontre, et un aller direction Manchester, sans retour. Aujourd'hui, Obertan n'est toujours pas devenu un titulaire indiscutable. Mais en seulement quelques matchs, il a prouvé que Sir Alex pouvait compter sur lui.

 

Sir Alex justement, parlons-en. Le manager emblématique de Man U dit suivre l'évolution de Ben Arfa depuis de longues années. Et ça, ça veut tout dire. Car Sir Alex ne se trompe jamais, ou presque. Donnez lui du plomb, il en fait de l'or.

 

Dernier exemple en date avec Gabi Obertan : Michael Owen. Bon, le Ballon d'Or 2001 tire quand même plus du côté du métal précieux que du plomb, on est d'accord. N'empêche qu'après des années ou il a plus facilement trouvé le chemin de l'infirmerie que celui des filets adverses, Owen est un miraculé. Et il le doit en grande partie au manager des Red Devils, qui a cru en lui à un moment où tout le monde pensait qu'Owen était cramé pour le football de haut niveau.

 

Ca, c'est pour la partie footballeurs retrouvés. Il en reste une autre dont fait indéniablement partie Ben Arfa ; celle des joueurs qui traînent une réputation de joueurs ingérables comme un boulet. On pense alors forcément à Eric Cantona. Du statut de fauteur de troubles banni de l'hexagone en France, Canto est devenu The King en Angleterre. Fergie est encore passé par là.

 

Voilà ce qui en est du CV de Ferguson. Penchons-nous désormais sur la fiche technique de Manchester United. Le départ de Ronaldo n'a pas été comblé et ne sera probablement jamais comblé. Son compatriote Nani, annoncé comme son successeur tout trouvé, peine à confirmer. Giggs et Scholes sont en pré-retraite. Et Manchester ne compte aucun véritable n°10 dans ses rangs. Avouez que ça fait un peu tâche dans l'effectif d'un des plus grands clubs au monde...

 

Du côté de Marseille, l'avenir de Ben Arfa semble aussi bouché que le nez d'un supporter stéphanois à Geoffroy-Guichard en plein mois de décembre. Hatem fait le nombre, remplace ses coéquipiers quand ils sont fatigués. Un peu dans le même registre que Lucho, il n'a pas bénéficié de la même indulgence que connaît l'Argentin (même si son comportement en dehors du terrain joue aussi forcément contre lui). Deschamps n'en veut pas plus que Valbuena. Malgré l'obstacle du coût du transfert de l'ancien lyonnais (12M€) qui n'a jamais été amorti, tous les voyants semblent donc au vert pour un départ de Ben Arfa.

 

Car si Ben Arfa fait rêver Anigo et est le « nouveau Messi » de Dassier, le coach de l'OM n'est pas vraiment du même avis. Pour Deschamps, Ben Arfa, c'est surtout l'indiscipline personnifiée. Capable d'insulter son entraîneur à l'entraînement. Capable de sécher l'entraînement et de prolonger ses vacances en prétextant avoir raté l'avion (c'est sa maman qui doit être contente). Capable de rentrer en jeu avec le mauvais maillot sur le dos, en mode Fan de (Mamadou Niang). Et même capable de refuser de rentrer en jeu du temps de Gerets, tout simplement parce qu'il a décidé qu'il n'a pas envie. C'est aussi ça, le cas Ben Arfa.

 

(speaker du Vél') : Changement pour l'Olympique de Marseille, et la rentrée du n°11 : Mamadoouuu... BEN ARFAAA !!!

 

 

Pourtant, Ben Arfa est loin du cliché du petit branleur qui flambe depuis qu'il est devenu footballeur professionnel. Un peu à l'image d'un autre Ben, son ancien coéquipier Karim Benzema (avant qu'il ne signe au Real ?). A la différence près que hors des terrains, Ben Arfa ne joue pas à FIFA ou à PES. Non, il lit. Et il ne lit pas n'importe quoi : sur sa table de nuit, pas de Onze Mondial, mais du Nietzsche et du Kant. Qui a dit que le bonhomme n'a rien dans le cerveau ?

 

Mais la question est : Ben Arfa peut-il trouver sa place à Manchester ? Pourquoi pas. N'Gog a bien trouvé la sienne à Liverpool, là-encore au nez et à la barbe de ses (nombreux) détracteurs. On entend aussi dire que Ben Arfa n'a pas le jeu pour s'imposer en Premier League. C'est aussi ce qu'on disait de Cristiano Ronaldo à son arrivée en Angleterre.

 

Évidemment, la star en a chié, pour ainsi dire, dès les premiers contacts avec les crampons de 18mm (ceux pour terrains bien gras) des défenseurs dans la plus pure tradition britannique. Les insultes sont devenues son quotidien. Ronaldo à même réussi à se mettre l'Angleterre entière à dos en faisant expulser son coéquipier Wayne Rooney pendant Angleterre – Portugal lors de la Coupe du Monde 2006. Comme Canto et son mawashi-geri avant lui, Ronaldo est devenu l'ennemi public n°1, l'homme à abattre (même si ça c'était déjà le cas avant). Ce qui ne l'a empêché de devenir le meilleur joueur du monde là-bas. Car son Ballon d'Or, il l'a gagné sous les couleurs de Manchester, pas sous les strass et les paillettes de Madrid.

 

On peut donc supposer qu'un changement d'air radical ne pourrait pas faire de mal à l' « ingérable » Ben Arfa. Un peu d'humilité non plus, au contact des Rooney, Ferdinand ou Van der Sar, et bien sûr Ferguson himself. L'envie de gagner sa place à la régulière, alors qu'il ne doit certainement pas trop comprendre pourquoi Deschamps ne veut pas de lui à l'heure actuelle. Mais en tout cas, une chose est sûre : si Sir Alex le désire, lui qui a également eu l'occasion de l'observer « pour de vrai » en Ligue des Champions du temps où Ben Arfa jouait encore à l'OL, c'est qu'il a de bonnes raisons.

 

Alors, Ben Arfa : partira / partira pas ?

 

 

Allez, à l'approche des fêtes, c'est cadeau : Ben Arfa dans son jardin

(P.S. : je n'y suis pour rien dans le choix des musiques :)

 

 

 

Commenter cet article

@lexis 30/12/2009 00:01


http://blogal.over-blog.com/article-olympique-de-marseille-pourquoi-avoir-change-l-equipe-a-ce-point--40856703-comments.html#c

C'est sans doute la dernière chance pour Ben Arfa. Sinon le beach soccer peut être ?


bastien 23/12/2009 13:25


@ jouel : oui, il faut toujours qu'il dribble le 4ème ou le 5ème avant de faire la passe. Et encore, sur la vidéo, y'a quand même quelques actions où ça sert à quelque chose...
Zog zog miam miam ! :)


bastien 23/12/2009 13:23


@ dok : heureux de te l'entendre dire, elle sortait de loin celle-là... :)

N'empêche, il ne faisait pas bon être à Geoffroy-Guichard pendant ASSE-OM...


bastien 23/12/2009 13:21


@ Ludo : ah, c'était l'époque où Leeds gagnait encore des titres. Comme l'OM d'ailleurs... :)

Mais Canto n'a passé qu'une année là-bas avant de rejoindre Man U.

Et puis, quand tu penses Canto, tu penses Man U. Et qui dit Man U dit Fergie...


joel 22/12/2009 23:05


J'ai visioné la vidéo de 7mn sur hatem, c'est fou le talent de ce joueur mais qu'est ce qui est perso, toujours un crochet pour se mettre sur son gauche pour center par exemple. Pourtant si l'on
regarde bien, il percute dans la defense sans forcément regarder le ballon quand il dribble. Si sir alex fergusson peut lui inculquer davantage le collectif dans son jeu, il aura l'etoffe d'un
ballon d'or. Quelqu'un me contrediras t'il??