Liste des (23) 24 : sacré Raymond

Publié le par Bastien PYZ

 

Jusqu'au bout, Raymond Domenech nous mènera en bateau (non, je n'ai pas dit en galère). Lundi 11 mai dernier (jour de la Saint-Estelle, faut-il encore le rappeler), on attendait avec impatience la liste des 23. Finalement, Raymond a pris tout le monde à contre-pied en dévoilant une pré-liste de 30 noms. Avant l'annonce définitive des 23 ? C'était mal connaître le Raymond. Aujourd'hui, cette liste a bien été réduite, certes, mais à 24 noms, et non pas 23 comme le recommande la FIFA (date limite d'expédition : 1er juin).

 

Mais revenons un peu sur cette fameuse liste des 30. On peut en effet s'interroger quant à l'intérêt de cette liste élargie à 30 joueurs. En fait, cela ressemble surtout à un moyen pour le sélectionneur de retarder l'échéance de son choix. Pour quels effets ? A l'Euro 2008 par exemple, les 30 avaient participé au stage de préparation à Tignes, avant que Raymond ne demande à sept d'entre eux (dont Landreau et Ben Arfa, déjà) de faire leur bagages et de foutre le camp en hélicoptère. Quand on connaît le fiasco dès Bleus en Suisse-Autriche, on ne peut pas dire que les effets furent bénéfiques sur la dynamique de groupe et l'état d'esprit de l'équipe, bien au contraire. Cette fois-ci, Raymond aura au moins eu la présence d'esprit cette fois de procéder à l'écrémage avant le départ des troupes pour la préparation. Ce sont donc 24 joueurs qui partiront à Tignes :


Gardiens : Lloris – Mandanda – Carrasso

 

Défenseurs centraux : Abidal – Squillaci – Planus + Gallas

Défenseurs latéraux : Evra – Sagna – Réveillère – Clichy


Milieux défensifs : Lassana Diarra – Alou Diarra – Toulalan

 

Milieux offensifs : Malouda – Ribéry – Gourcuff – Govou – Valbuena – Diaby


Attaquants : Henry – Anelka – Gignac – Cissé



Que faut-il retenir de cette liste ?


Les indéboulonnables :

Il fallait s'y attendre : pas de révolution dans le groupe Bleu à moins d'un mois de la Coupe du Monde. Raymond fait confiance à la même ossature depuis 2008 voire 2006 pour une grande majorité de l'effectif. En première ligne, ceux dont il a fait ses cadres et relais sur le terrain : Henry, Abidal ou encore Gallas, même blessés ou à court de forme. Anelka, Evra, Toulalan, Malouda, Ribéry ou Govou, on commence à connaître en équipe de France aussi.


Les « surprises »

Planus est la traditionnelle surprise du chef après Chimbonda 2006 et Gomis 2008. Comme si on venait de s'apercevoir que le secret de la solidité défensive girondine (RIP), c'est peut-être Ciani, mais surtout lui.

Comme prévu, Valbuena est aussi de la partie. Trois choses ont pesé dans la balance : sa grosse saison à l'OM, évidemment ; sa capacité à évoluer à droite, poste vacant en EdF ; mais aussi (et surtout), son état d'esprit qui lui a permis de passer du statut d'indésirable au yeux de son coach Didier Deschamps en début de saison, à celui de titulaire indiscutable en fin de saison. Et ça, Raymond a du apprécier.

Anthony Réveillère fait quant à lui figure de revenant en équipe de France. Sélectionné à cinq reprises entre 2003 et 2005, sa carrière commençait à piquer du nez sur les dernières saisons. La faute à la concurrence imposée par François Clerc sur le flanc droit de la défense de l'OL, puis une rupture des ligaments croisés du genou gauche qui l'a tenu éloigné des terrains un bout de temps. Contre l'avis du médecin et de son club, il a refusé de se faire opéré. Résultat : un retour en force en tant que titulaire, de grosses prestations en Ligue des Champions, et les Bleus à la clé.

Clichy enfin, malgré sa saison décevante à Arsenal, semble pour sa part garder une longueur d'avance sur Trémoulinas et Cissokho pour suppléer Evra à gauche. Enfin, au yeux de Raymond en tout cas...


Les recalés :

Comme en 2008, Ben Arfa et Landreau se font enfler jusqu'à l'os. Ce qui semble logique pour le premier compte-tenu de l'embouteillage côté gauche, de son inexpérience au niveau international et de son irrégularité chronique (Benzema syndrome), et de la sélection de Valbuena ; beaucoup moins pour Landreau, qui en tant que troisième gardien qui a l'expérience des Bleus, des grandes compétitions, et qui connaît la pression après quatre années passées au PSG, eut été à mon humble avis bien plus utile que Carrasso en Afrique du Sud. Cette accumulation de désillusions pourrait même pousser Landreau à mettre un terme à sa carrière internationale. A moins que Laurent Blanc ne le persuade de continuer...

Les Rennais, eux, payent leur mauvaise saison en championnat. Marveaux ne faisait déjà pas partie des 30. Et si Briand, M'Vila et Fanni n'étaient peut-être pas en ballotage favorable, on peut dire que l'ultime défaite des Rouges et Noirs face à d'autre Rouges et Noirs, ceux de Boulogne, ne les a pas servi. L'éviction de Rod Fanni, le plus régulier au niveau des convocations, reste somme toute assez logique, compte-tenu de sa saison complètement ratée, et de ce qu'à démontré son remplaçant dans la liste, Anthony Réveillère, qui plus est en Ligue des Champions.

Adil Rami, enfin, est logiquement recalé, lui qui n'a jamais disputé la moindre minute en Bleu. Certes, Planus non plus...


– Les absents

Reste les oubliés de Raymond. Je pense en premier lieu à Benoît Cheyrou, boudé par la sélection et même par son propre club désormais, puisque Deschamps a préféré faire confiance à Kaboré en fin de saison. Et pourtant, Cheyrou... On peut aussi penser à Vieira (trop vieux et cassé de partout), Nasri (trop tendre), Benzema (pas assez concerné), Méxès (pas assez pote avec Raymond, et pas assez de temps de jeu cette année), Ciani (grillé par son coéquipier Planus), ou encore les Lillois Cabaye ou Mavuba, les Auxerrois Pedretti ou Hengbart (pas assez glamour)...

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article