PSG-OM, H-1

Publié le par PYZ Bastien


Dans une heure à peine, le PSG reçoit l'OM (sans ses supporters) au Parc des Princes pour le « Clasico » du championnat de France. L'occasion rêvée de se prêter au petit jeu des pronostiques, dont le concept a été légèrement revu pour l'occasion. Au lieu de frotter la boule de cristal et de tirer des plans sur la comète en anticipant un score avec le nom des buteurs et tout et tout (alors que ça va encore se terminer sur un mauvais 0-0), je vous propose de répondre à ces quelques questions bien plus faciles, qui vous auraient permis sans aucun doute de faire un bon score au Lotofoot. Pour cela, il vous suffit d'évaluer la probabilité que les événements suivants aient lieu : 

 

Combien de fois le mot « clasico » répété à l'antenne ?

Combien de tacles à la gorge d'Heinze sous les sifflets / de Makélélé sous les applaudissements du Parc ?

Combien de passements de jambes de Ben Arfa sous les sifflets / de Sessegnon sous les applaudissements du Parc ?

Combien de roulades après contact de Valbuena sur la pelouse du Parc ?

Combien de banderoles et de slogans anti-Colony Capital ?

Combien de déclarations insipides d'avant-match : « Même si c'est un match un peu spécial pour les supporters, pour nous ce qui compte c'est les trois points » ?

Combien de sièges arrachés dans le stade ?

Combien de vitrines brisées et de voitures brûlées aux abords du stade ?

Combien d'admissions supplémentaires aux urgences ?

Combien de marins, combien de capitaines... ? (pardon, mais le clasico, ça me met dans un de ces états...)



psg-om-2003-2004-heinze-drogba_diaporama.jpg

Hoarau, prend garde à toi...



Commenter cet article

g.?uan 01/03/2010 10:18


Si seulement Heinze avait pu ne pas toucher le poteau, et la mettre bien au fond des filets, ma joie aurait été à son comble. Mais enfin c'était déjà très bien. Ils savent, les supporters
parisiens, qu'ils sifflent Heinze parce que le club n'en a pas voulu cet été? Pourtant ce n'est pas en défense que cette équipe est au complet... En discutant dans les vestiaires avec Pauleta,
Heinze a dû lui dire : "sans déconner qu'est-ce que je suis content d'avoir échappé à cette saison 2009-10 à Paris..." Il a dû lui dire, aussi : "tu avais ta place sur le terrain - à n'importe quel
poste."